.        

                 L’Apostro’Blog pour découvrir nos lectures et vos commentaires.

 

Cliquer sur les titres ci-dessous pour en avoir une présentation et tous les commentaires associés ...

L'Île du serment - peter May - Rouergue Noir

Présentation,

De mémoire d'homme, aucun meurtre n'a jamais eu lieu sur l'île d'Entrée, située dans l'archipel de La Madeleine, à l'est du Canada, et peuplée par une poignée de familles d'origine écossaise pour la plupart. Jusqu'à cette nuit de tourmente où James Cowell est poignardé à mort. Sa femme prétend qu'un assaillant s'en est pris à elle avant de tuer son mari, mais tous suspectent cette épouse d'un couple vacillant. Tous, sauf Sime Mackenzie. Seul anglophone parmi les enquêteurs envoyés sur place, il éprouve un choc en découvrant Kirsty Cowell. Le sentiment irréfutable de la connaître depuis toujours. Isolé dans une équipe où oeuvre comme spécialiste des scènes de crime son ex-femme Marie-Ange, meurtri par l'échec de son mariage, rompu par l'insomnie, Sime sombre dans un état second où la réalité se mêle à des rêves étranges, faisant ressurgir l'histoire de son aïeul, expulsé de l'île de Lewis dans les années 1850, au moment de la Famine de la pomme de terre. Avec la certitude folle que le destin de Kirsty comme le sien se sont noués là, quelque cent cinquante ans plus tôt, dans un amour interdit qui n'a cessé de brûler ni de hanter. Le face-à-face entre le détective et la suspecte sur une falaise escarpée de l'île d'Entrée se superpose à l'image sépia d'une adolescente embrassée à l'ombre des pierres levées puis perdue sur un quai de Glasgow, dans le tumulte d'un navire qui déporte des milliers de misérables vers le Nouveau Monde.
Après son inoubliable trilogie de Lewis, Peter May nous ramène à son Écosse, magnifique et persécutée. De part et d'autre de l'Atlantique, les îles balayées par les vents sont le cadre d'un serment tragique. Gus am bris an latha agus an teich na sgàilean. Jusqu'à ce que le jour se lève et que les ombres s'enfuient.


L'auteur,

Né en 1951 à Glasgow, Peter May fut journaliste, puis brillant et prolifique scénariste de la télévision écossaise. Il vit depuis une dizaine d'années dans le Lot où il se consacre à l'écriture. Sa trilogie écossaise - L'île des chasseurs d'oiseaux, L'Homme de Lewis et Le Braconnier du lac perdu -, d'abord publiée en français par les Éditions du Rouergue, a connu un immense succès dans le monde entier.


Notre avis,

Entre l'Ecosse et le Canada, le présent et le passé, un beau livre où le suspens nous tient en haleine tout au long du récit.

A lire pour découvrir l'histoire de l'émigration forcée des habitants des Hébrides vers le nouveau monde et voyager au cœur de l'Archipel du golfe du Saint-Laurent.


Trente-six chandelles - Marie Sabine Roger - La brune au Rouergue

Présentation,

Allongé dans son lit en costume de deuil, ce 15 février, à l'heure de son anniversaire, Mortimer Decime attend sagement la mort car, depuis son arrière-grand-père, tous les hommes de sa famille sont décédés à onze heures du matin, le jour de leurs 36 ans. La poisse serait-elle héréditaire, comme les oreilles décollées ? Y a-t-il un gène de la scoumoune ? Un chromosome du manque de pot ? Que faire de sa vie, quand le chemin semble tout tracé à cause d'une malédiction familiale ? Entre la saga tragique et hilarante des Decime, quelques personnages singuliers et attendrissants, une crêperie ambulante et une fille qui pleure sur un banc, on suit un Mortimer finalement résigné au pire. Mais qui sait si le Destin et l'Amour, qui n'en sont pas à une blague près, en ont réellement terminé avec lui ? Dans son nouveau roman, Marie-Sabine Roger fait preuve, comme toujours, de fantaisie et d'humour, et nous donne une belle leçon d'humanité.

 

L'auteur,

Née en 1957, Marie-Sabine Roger écrit pour tous les publics : bien connue pour son œuvre de littérature jeunesse et ado, elle n’en est pas moins célébrée pour tous ses romans, dans lesquels elle dresse un portrait saisissant des déboires de la condition humaine. En 2008, la parution de La Tête en friche connaît un grand succès et est porté à l’écran par Jean Becker avec Gisèle Casadessus et Gérard Depardieu dans les rôles principaux. Elle signe l’adaptation, scénario et dialogues de son dernier roman Bon rétablissement en cours de réalisation par Jean Becker, avec Gérard Lanvin dans le rôle principal.

 

Notre avis,

Décidemment, Marie Sabine Roger aime les personnages couchés ! En cours de rétablissement ou prêts à mourir, le personnage central se doit d'être confronté -toujours avec originalité et drolerie- à une situation horizontale.

Une histoire "pleine de vie" à dévorer, pour suivre Mortimer dans son destin de condamné à vivre.

 

4 commentaires

Lafayette - Go home - Alain Vince - Terre de Brume

Présentation,

Jules Cagot est revenu du Chemin des Dames avec sa gueule cassée, son cerveau trépané, ses cauchemars et ses crises d’amnésie qui lui rendent la vie insupportable.

Flic malgré tout, il obtient d’enquêter sur les conditions mystérieuses du meurtre d’un soldat noir américain assassiné devant un beuglant, puis sur celui d’une figure socialiste locale qui n’était autre que son ex-fiancée.

Pour cette enquête qui touche aux intérêts américains, force militaire occupante numériquement supérieure dans un Saint-Nazaire livré à la corruption, la débauche et la violence, Cagot se voit adjoindre un drôle d’équipier chargé de le surveiller, un Indien Houma, fin limier parlant le français cajun et animé par le désir de reconnaissance de ses supérieurs.

 

Sur fond de luttes sociales et de « rêve du grand soir » d’un prolétariat exsangue, Lafayette go home ! relate de façon à peine romancée un épisode de la Première Guerre mondiale peu connu de l’histoire de cette région, qui fut aussi son âge d’or et celui d’un espoir de grande prospérité…

 

Lafayette go home ! est une réponse au fameux Lafayette nous voici ! lancé par le général Pershing lors du débarquement du corps expéditionnaire américain dans le port de Saint-Nazaire, le 26 juin 1917.

 

L'auteur,

Alain Vince vient à l’écriture au milieu des années 1980. D’abord scénariste, il s’oriente vers le polar. Du Raisiné sur le P’tit Lu, son premier roman, qui évoque un Nantes atypique est remarqué et primé. Suivra Haro sur le clown dont l’action se situe dans le Paris populaire qu’il connaît bien, puis Cinq Nazes en Brière, qui montre son attachement profond au pays noir.

 

Notre avis,

Un flic revenu de la grande guerre avec sa "gueule cassée", le marché noir, Alain Vince réussit là un bon policier régional qui met aux prises les américains, les syndicalistes et une population nazairienne encore sous le choc de la grande guerre.

Roman atypique qui rappelle la présence de l'armée américaine en Loire Atlantique lors de la première guerre !

 

0 commentaires

Ceux qui tombent - Michael Connelly - Calmann Lévy

Présentation,

Bosch vient de décrocher un sursis de trois ans avant d’être mis à la retraite d’office lorsqu’il se voit confier un cold case datant de 1989. Viol suivi de meurtre, ADN, antécédents judiciaires et profil psychologique, tout incrimine un certain Clayton Pell. Un suspect… qui n’aurait eu que huit ans au moment des faits. Erreur du labo ou faute impardonnable de deux inspecteurs ? Les conséquences de ce cafouillage s’annonçant monumentales, Bosch se met immédiatement au travail lorsqu’il est appelé sur une scène de crime. Un homme se serait jeté du septième étage du célèbre hôtel de Los Angeles, le Chateau Marmont. La victime, George Irving, est le fils d’un conseiller municipal très influent à L.A., un homme qui n’a jamais porté Bosch dans son coeur. Pourquoi exige-t-il que ce soit lui qui mène l’enquête ?

Deux intrigues menées en parallèle, l’une révélant la corruption de politiciens obnubilés par leurs profits, l’autre la monstruosité de prédateurs sexuels, et une description de Los Angeles qui fait froid dans le dos.

 

L'auteur,

Michael Connelly est né le 21 juillet 1956 à Philadelphie. Il déménage avec ses parents en Floride en 1968. Il se marie, et a une fille, en 1997. Il est diplomé de l'Université de Floride, avec un bachelors degree en journalisme en 1980. Il travaille ensuite comme journaliste à Daytona Beach et Fort Lauderdale (Floride). En 1986, il est le co-auteur d'un article sur les rescapés d'un crash d'avion, qui figure parmi les finalistes pour le Prix Pulitzer, ce qui lui permet de devenir chroniqueur judiciaire pour le Los Angeles Times. Ses reportages sur les émeutes de Los Angeles en 1992 sont également remarqués et reçoivent le Prix Pulitzer (qu'il partage avec d'autres journalistes associés à ses reportages).

Il se lance dans la carrière d'écrivain en 1992 avec Les égouts de Los Angeles, son premier polar, où l'on découvre le personnage de Harry Bosch, inspecteur du LAPD, le héros récurrent de la plupart des romans suivants. Il reçoit pour ce livre le prix Edgar du meilleur premier roman policier. Il abandonne le journalisme en 1994. Il écrit par la suite environ un roman par an, en obtenant régulièrement un succès en librairie. Son roman Le poète reçoit le prix Mystère en 1998 et Créances de sang le grand prix de la littérature policière.

Parmi les romans ne mettant pas en scène Harry Bosch, Créance de sang est adapté au cinéma en 2002 par Clint Eastwood, qui y incarne Terry McCaleb, un ex-agent du FBI. Dans La défense Lincoln, il aborde le roman procédural qui lui permet d'utiliser son expérience passée de chroniqueur judiciaire.

Ayant quitté Los Angeles, il vit depuis 2001 à Tampa, en Floride

(Source Wikipédia)

 

Notre avis,

On retrouve Harry Bosch, plus âgé et s'occupant mantenant seul de sa fille, dans sa ville de prédilection, Los Angelès, confronté à deux enquêtes, mélant barbarie sexuelle et magouille politique. 

Une double enquête qui maintient le lecteur en haleine jusqu'à la dernière page.

Un bon Connelly !

0 commentaires

Molosses - Craig Johnson - Gallmeister

Présentation,

UNE ENQUÊTE DE WALT LONGMIRE

Alors que l'hiver s'installe dans le comté le moins peuplé de l'État le moins peuplé des États-Unis, Walt Longmire, son shérif, se voit confier une curieuse mission : celle de mettre la main sur le propriétaire d'un pouce abandonné à la décharge. L'enquête devient rapidement haute en couleur, car Walt se trouve face à deux molosses qui gardent le terrain, à son vieux propriétaire loufoque et à un promoteur immobilier multimillionnaire qui cherche à prendre possession des lieux pour étendre son vaste ensemble de ranchs luxueux. Sans parler d'un jeune couple fleurant bon la marijuana, de la vieille institutrice au charme incontesté, du perroquet dépressif et déplumé et de quelques cadavres qui bientôt viennent compliquer cette affaire.

 

On retrouve dans Molosses le style enlevé de Craig Johnson et l'humour désopilant de son shérif au service d'un nouveau polar parfaitement abouti.

À PROPOS DU LIVRE

Molosses est le sixième volet de la série des aventures de Walt Longmire. La série télévisée Longmire rencontre un vif succès aux États-Unis depuis juin 2012 et en France depuis novembre 2013.

 

L'auteur,

Craig Johnson a grandi dans une petite ville du Midwest qui, malheureusement pour sa mère, était traversée par une voie ferrée. À l’âge de huit ans, il profite du fait que le train ralentit à chaque passage pour embarquer clandestinement. C’est sa première escapade dans le vaste monde qui s’achève lorsque son père, après avoir parcouru près de six cents kilomètres, vient le récupérer dans une gare de triage où le garnement a été repéré.

Après ses études, c’est chargé d’un sac de surplus de l’armée et d’un pistolet semi-automatique Colt que Craig se rend dans l’Ouest en auto-stop. Petit-fils de forgeron, il n’a pas de mal à se faire embaucher dans plusieurs ranchs du Montana et du Wyoming, et il fait même quelques incursions dans l’univers du rodéo. Il ne se débrouille pas trop mal aux épreuves de dressage, mais son lancer de lasso est assez minable.

Par la suite, il se balade pas mal à travers les États-Unis après l’obtention d’un doctorat d’études dramatiques, il devient pêcheur professionnel, chauffeur routier, charpentier ou cow-boy. Il enseigne également à l’université et fait un temps partie de la police de New York avant de se consacrer pleinement à l’écriture.

Son premier roman, Little Bird (The Cold Dish en VO), paraît en 2005 aux États-Unis. Il met en scène le shérif Walt Longmire et constitue le premier volet d’une saga qui compte à ce jour neuf titres et fait régulièrement partie des listes de best-sellers aux États-Unis. Le dixième roman de la série y sera publié au printemps 2014.

La série Longmire, adaptation télévisée de l’univers de Craig Johnson, connaît un immense succès aux États-Unis où une troisième saison est en cours de tournage. Elle est diffusée en France sur la chaîne D8.

Craig vit avec sa femme, Judy, au pied des Bighorn Mountains, dans le Wyoming. Son ranch est situé à la confluence des rivières Clear Creek et Piney Creek, à la sortie de Ucross, population 25 habitants.

Il n’y a pas de voie ferrée.

 

Notre avis,

Pour tous les amateurs d'intrigues dans les grands espaces de l'ouest. Au delà du suspense qui dure jusqu'à la dernière page, on s'attache rapidement au shérif et à son équipe !

A lire !

0 commentaires

The Main - Trévanian - Gallmeister

Présentation,

Années 1970, Montréal. La "Main", autre nom du boulevard Saint-Laurent, est la colonne vertébrale d'un quartier où prostituées, escrocs minables et clochards cohabitent avec les ouvriers et les nouveaux immigrants en quête d'un monde meilleur. Bourdonnant d'accents divers, mouvant et bruyant comme la foule qui s'y presse, la Main connaît aussi son lot de crimes. Depuis trente ans, le lieutenant Claude LaPointe le parcourt en veillant jalousement sur “son” quartier. Accompagné d'un jeune policier qui s'étonne de ses méthodes peu orthodoxes, LaPointe enquête sur un meurtre commis au fond d'une ruelle de son territoire. Cette affaire d'apparence banale le conduira face à ses propres démons et le poussera peut-être à accepter l'inacceptable.

 

Comme à son habitude, Trevanian signe avec The Main un roman brillant et inclassable qui dépasse les limites du genre et amorce une réflexion profonde sur le crime et le temps qui passe.

 

l'auteur,

Trévanian est autant une légende qu’un mystère. Un auteur sur lequel les rumeurs les plus incroyables ont circulé et qui a attisé la plus folle curiosité du monde littéraire. Un écrivain sans visage dont les livres se sont vendus à plus de cinq millions d’exemplaires et ont été traduits en près de quinze langues sans qu’il ait jamais fait de promotion :

Tout commence par la parution de La Sanction en 1972, succès planétaire qui sera adapté au cinéma trois ans plus tard par Clint Eastwood. Le film connaîtra le même retentissement que le livre, mais toujours aucune trace du romancier.

Un an plus tard, Trevanian donne une suite à La Sanction avec L’Expert. Même succès, même silence de l’auteur.

Après trois années d’absence, Trevanian publie un roman policier dont l’action se situe au Canada, The Main. À cette période, Trevanian a eu un corps. Celui d’un Texan qui faisait des apparitions lors de cocktails littéraires et qui s’avéra être un imposteur, en accord avec le vrai Trevanian.

En 1979, pour le lancement de Shibumi, Trevanian accepte de donner une interview par téléphone et de lever un tant soit peu le voile sur ses inspirations et ses goûts littéraires sans révéler son identité. En 1983, il publie L'Été de Katya. À l’occasion de la parution de ce livre, qui tranche radicalement avec les précédents ouvrages, un article du Washington Post révèle qui se cache derrière Trevanian, et l’éditrice du Who’s Who in America renchérit : elle indique que le véritable auteur s’appelle Rodney Whitaker, qu’il est né au Japon en 1925, est titulaire d’un doctorat en communication et a été professeur à l’université du Texas.

Bien que l’auteur véritable ait été découvert, cela n’empêche pas le mythe de perdurer au rythme des parutions sporadiques de Trevanian : à la toute fin des années 1990, la rumeur court qu’il est mort (il l’avait déjà été en 1987), mais il publie bientôt un recueil de nouvelles.....

 

http://www.gallmeister.fr

 

Notre avis,

Trévanian nous a habitué à de beaux textes et celui-ci ne déroge pas à la règle : une histoire qui asssocie l'humain à son lieu, son passé et à ses contemporains. 

Un beau livre où l'essentiel n'est pas seulement l'intrigue mais  les personnages qui la compose !

1 commentaires

Les douze tribus d'Hattie - Ayana Mathis - Gallmeister

Présentation,

Les Douze Tribus d’Hattie, paru en décembre 2012 aux États-Unis, a été le succès surprise de l'année 2013 avec plus de 250 000 exemplaires vendus. En cours de traduction dans plus de 16 pays, encensé par la critique, ce premier roman est considéré comme l'une des plus brillantes entrées en littérature de ces dernières années aux États-Unis.

 

Gare de Philadelphie, 1923. La jeune Hattie arrive de Géorgie en compagnie de sa mère et de ses sœurs pour fuir le Sud rural et la ségrégation. Aspirant à une vie nouvelle, forte de l'énergie de ses seize ans, Hattie épouse August. Au fil des années, cinq fils, six filles et une petite-fille naîtront de ce mariage. Douze enfants, douze tribus qui égrèneront leur parcours au fil de l’histoire américaine du XXe siècle. Cette famille se dévoile peu à peu à travers l'existence de ces fils et de ces filles marqués chacun à leur manière par le fort tempérament d'Hattie, sa froide combativité et ses secrètes failles.

 

Les Douze Tribus d’Hattie, premier roman éblouissant déjà traduit en seize langues, a bouleversé l'Amérique. Telles les pièces d'un puzzle, ces douze tribus dessinent le portrait en creux d'une mère insaisissable et le parcours d'une nation en devenir.

 

L'auteur,

AYANA MATHIS a grandi dans les quartiers Nord de Philadelphie. Férue de poésie, elle suit plusieurs cursus universitaires sans en terminer aucun, travaille comme serveuse puis fact-checker dans divers magazines. En 2009, elle participe au programme de Creative writing de l'Université de l'Iowa sous la direction de Marilynne Robinson. Quelques mois plus tard, elle termine son premier roman, Les Douze Tribus d’Hattie

 

Notre avis,

On ouvre toujours une nouveau roman présenté par les éditions Gallmeister avec curiosité et bonheur.

Et voila un nouvel auteur dont il faudra se souvenir le nom ....... Chaque personnage de ce roman est poignant, au bord de la rupture et ne fait qu'un dans cette famille.

Traduit remarquablement, ce livre est à lire ...... rien que pour le premier chapitre, boulversant ....... 

0 commentaires

Le peigne de Cléopatre - Maria Ernestam - Gaïa

Présentation,

Mari, Anna et Fredrik, trois amis de longue date, ont monté une société au doux nom du Peigne de Cléopâtre. Leur créneau : résoudre les problèmes des gens. Chacun apporte ses compétences, qui en jardinage, qui en déco d’intérieur ou en comptabilité… et la PME se développe avec succès.

Chacun patauge quelque peu dans sa propre existence, en quête d’identité ou d’âme sœur, et trouve un réconfort non négligeable dans l’idée de venir en aide à autrui.

Jusqu’au jour où une vieille dame se présente avec une étrange requête : elle souhaite que Le peigne de Cléopâtre élimine son mari.

Difficile de résister à un filon qui promet d’être lucratif, et les candidats se bousculent bientôt au portillon.

 

L'auteur,

Maria Ernestam est suédoise, elle vit à Stockholm. Éclectique, elle a multiplié les expériences artistiques: chanteuse, danseuse, mannequin, comédienne, journaliste et auteur. L’écriture s’est imposée naturellement comme son moyen d’expression privilégié.

 

Notre avis,

Découverte par son roman »les oreilles de Buster », Maria Ernestam confirme tout son talent pour raconter de belles histoires même si leurs origines peuvent parfais apparaitre un peu « farfelues ».

Une belle histoire d’amitiés, de vies et surtout quel talent quand l’auteur raconte l’amour qui peut unir deux personnes !

 

0 commentaires

Décompression - Juli Zeh - Actes Sud

Présentation,

Au mois de novembre sur l'île de Lanzarote : paysages minéraux, climat doux mais changeant. La faune et la flore sous-marines des environs en font un lieu de plongée recherché. Sven, le nonchalant instructeur, y organise des cours de plongée mais cette semaine-là, ce sont ses deux singuliers stagiaires qui semblent mener le jeu. Jola et Theo, couple berlinois très glamour, attirent Sven dans un piège.

A moins que ce ne soit le contraire. Les sorties en mer se transforment en mises en scènes - provocation, désir et haine s'y invitent. Chacun risque de perdre la maîtrise de la situation et de sa vie. Et peut-être davantage encore. L'indifférence que Sven cultive se fissure. Et l'angoisse s'infiltre. Qui manipule qui Décompression est un thriller intelligent et jubilatoire qui jongle avec nos idées préconçues : un Juli Zeh grand cru et un pur plaisir de lecture.

 

L'auteur,

Née en 1974 à Bonn, Julie Zeh, avocate de formation, a séjourné aux Etats-Unis et dans de nombreux pays d'Europe centrale et balkanique. Plusieurs distinctions ont couronné son oeuvre traduite en une vingtaine de langues et désormais publiée en France par Actes Sud.

 

Notre avis,

Un jeu à 2, à 3 ou à 4 ....? Qui manipule Qui ?

Un roman très intrigant qui montre jusqu'où l'être humain peut être machiavélique avec les autres ... ou envers soi !

Un vrai plaisir à lire !

0 commentaires

Lady Hunt - Hélène Frappat - Actes Sud

Présentation,

Laura Kern est hantée par un rêve, le rêve d’une maison qui l’obsède, l’attire autant qu’elle la terrifie. En plus d’envahir ses nuits, de flouter ses jours, le rêve porte une menace : se peut-il qu’il soit le premier symptôme du mal étrange et fatal qui frappa son père, l’héritage d’une malédiction familiale auquel elle n’échappera pas ?

D’autres mystères corrompent bientôt le quotidien de la jeune femme, qui travaille pour une agence immobilière à Paris – plus un effet secondaire qu’une carrière. Tandis qu’elle fait visiter un appartement de l’avenue des Ternes, Laura est témoin de l’inexplicable disparition d’un enfant.

Dans le combat décisif qui l’oppose à l’irrationnel, Laura résiste vaillamment, avec pour armes un poème, une pierre noire, une chanson, des souvenirs… Trouvera- t-elle dans son rêve la clé de l’énigme du réel ?

Sur la hantise du passé qui contamine les possibles, sur le charme des amours maudites, la morsure des liens du sang et les embuscades de la folie, Hélène Frappat trace une cartographie intime et (hyper)sensible de l’effroi et des tourments extralucides de l’âme. Des ruines du parc Monceau à la lande galloise, avec liberté et ampleur elle réinvente dans Lady Hunt le grand roman gothique anglais, et toutes les nuances du sortilège.

 

L'auteur,

Hélène Frappat est l’auteur de cinq romans : Sous réserve (Allia, 2004), L’Agent de liaison (Allia, 2007), Par effraction (Allia, 2009, mention spéciale du jury, prix Wepler 2009), INVERNO (Actes Sud, 2011) et Lady Hunt (2013).

 

Notre avis,

Hélène Frappat arrive à nous passionner pour Laura, hantée par ses doutes et ses éternelles incertitudes et raconte par ce roman, une belle histoire d’amour familiale même si comme dans toutes les familles, chacun conserve ses secrets.

0 commentaires

La maisons des chagrins - Victor del Arbol - Actes Sud

Présentation,

Eduardo tente de survivre dans un appartement sans âme, grâce à l’alcool et aux psychotropes que lui prescrit la psychiatre chargée de sa réinsertion. Il vient de purger une peine de prison pour le meurtre du chauffard qui a tué sa femme et sa fille, voilà quatorze ans. Peintre autrefois coté, il gagne sa vie en exécutant à la chaîne des portraits anonymes que sa galeriste place dans les grandes surfaces. Un jour, celle-ci lui transmet une bien étrange commande : une célèbre violoniste lui demande de réaliser le portrait de l’homme qui a tué son fils. Elle veut pouvoir déchiffrer sous les traits de l’homme les caractéristiques de l’assassin. Unis dans la même douleur, la commanditaire et l’artiste ouvrent bientôt la boîte de Pandore, déchaînant tous les démons qui s’y trouvaient enfouis.

Le pinceau d’Eduardo met au jour une galerie d’êtres tourmentés, enfermés dans un drame qui a figé leur existence : un jeune Chinois androgyne qui fait commerce de son corps, un fils de combattant de l’OAS enrichi par le gaz et le pétrole d’Alger, un ex-agent de la police politique de Pinochet, un Arménien sans foi ni loi, une jeune fille abusée par l’amant de sa mère, un mercenaire soufi… Autant de personnages qui hantent la maison des chagrins, pris au piège d’une vengeance désespérée et d’un hasard qui n’est que l’autre nom du destin.

Assemblant sous les yeux du lecteur les mille et une pièces d’un terrifiant puzzle, Víctor del Árbol signe un roman vertigineux de maîtrise, glaçant de noirceur et désarmant d’humanité.

 

L'auteur,

Victor del Árbol est né à Barcelone en 1968. Après avoir étudié l'Histoire, il travaille dans les services de police de la communauté autonome de Catalogne.

Dans la collection "Actes noirs" ont paru ses romans La Tristesse du samouraï (2012, prix du polar européen 2012 du Point et finaliste du prix polar SNCF 2013) et La Maison des chagrins (2013).

 

Notre avis,

Chaque chapitre compose une pièce du puzzle du tableau totalement terrifiant imaginé par Victor Del Arbol. Une intrigue passionnante, où chacun profite de l’autre sans avoir qui est le bon et le méchant …

A lire absolument !

 

0 commentaires

Bon rétablissement - Marie Sabine Roger - Rouergue

Présentation,

« Depuis que je suis là, le monde entier me souhaite bon rétablissement, par téléphone, mail, courrier, personnes interposées. Par pigeons voyageurs, ça ne saurait tarder. Bon rétablissement. Quelle formule à la con ! » « Veuf, sans enfants ni chien », Jean-Pierre est un vieil ours bourru et solitaire, à la retraite depuis sept ans. Suite à un accident bien étrange, le voilà immobilisé pendant des semaines à l'hôpital. Il ne pouvait pas imaginer pire. Et pourtant, depuis son lit, il va faire des rencontres

inattendues qui bousculeront son égoïsme... Avec sa verve habituelle et son humanisme, Marie-Sabine Roger nous offre une nouvelle fois une galerie de portraits hauts en couleur. C'est un tableau doux-amer qu'elle peint de l'hôpital, avec l'humour et le sens de la formule qui la caractérisent, et qui ont fait le succès de ses deux précédents romans, La tête en friche et Vivement l'avenir.

 

L'auteur,

Née à Bordeaux en 1957, Marie-Sabine Roger a été institutrice en maternelle pendant dix ans, avant de se consacrer entièrement à l’écriture. Son talent est aussi appréciable dans la littérature jeunesse (albums, romans) que dans la littérature adulte. Elle maîtrise aussi bien l’humour que la gravité et aime confronter les genres et les registres.

 

Notre avis,

Jean-Pierre Fabre, veuf sans enfants, presque 70 ans, est projeté dans la Seine et se retrouve cloué sur un lit d'hopital.....Et il rale, il bougonne, il envoie tout le monde baladé et surtout, il n'a aucun souvenir de son "accident".

Et comme il a du temps à perdre, il se décide à écrire ses mémoires. Sa porte toujours ouverte, sa chambre se transforme vite en un véritable hall de gare où les rencontres se succèdent et notre hospitalisé se découvre vite une âme d'homme finalement assez charmante ....

C'est un livre jubilatoire, il y a de l'humour, des grincements de dents, une peinture de notre société. C'est tendre, bien enlevé avec des personnages trucculents. Un livre qui redonne le sourire.

 

 

0 commentaires

Cher Gabriel - Halfdan W Freihow - Gaïa

Présentation,

« Est-ce que tu apprendras un jour à jouer avec les mots, Gabriel ? Le paysage plaisante sans cesse avec nous. Les nuages sont des visages ou des animaux effrayants, mais ils n’arrêtent pas pour autant d’être des nuages ? Ça ne fait rien si de temps en temps tu as envie de boire un cheval ou un pantalon d’eau — le verre ne reste pas moins un verre. »

 

Cher Gabriel est une lettre intime et émouvante d’un père à son fils. Gabriel est autiste. Il vit avec sa famille dans une maison située sur la côte norvégienne, en pleine nature sauvage et balayée par les vents. H. W. Freihow met en lumière une relation complexe, un amour inconditionnel. Tel un château de sable qui tantôt prend des allures de palais étincelant, tantôt se laisse engloutir à la première houle, et qui sans cesse demande à être reconstruit.

 

L'Auteur,

Halfdan W. Freihow est norvégien. Il est né en 1959 à Mexico et a partagé ses années de jeunesse entre la Norvège, l’Espagne et la Belgique. Il a d’abord travaillé comme reporter, traducteur et critique littéraire avant de co-fonder la maison d’édition norvégienne Font Forlag. De l’exploration de sa vie intime et familiale est né son premier récit, Cher Gabriel, nominé pour le prestigieux prix Brage (2004).

 

Notre Avis,

L'auteur écrit une longue lettre à son fils Gabriel, autiste.

Il exprime tout au long du récit son ressentiement, les tourments de la vie quotidienne, les étapes d'un développement difficile, la brutalité du monde extérieur pour ce jeune garcon désarmé pour gérer ses émotions.

Il parle à son fils avec beaucoup de recul et d'amour. et malgré cela, le récit reste un peu clinique, très répétitif, non émouvant, même un peu froid . (traduction ?).

0 commentaires

Je vais mieux - David Foenkinos - Gallimard

Présentation,

«Un jour, je me suis réveillé avec une inexplicable douleur dans le dos.

Je pensais que cela passerait, mais non.

J'ai tout essayé...

J'ai été tour à tour inquiet, désespéré, tenté par le paranormal.

Ma vie a commencé à partir dans tous les sens.

J'ai eu des problèmes au travail, dans mon couple, avec mes parents, avec mes enfants.

Je ne savais plus que faire pour aller mieux...

Et puis, j'ai fini par comprendre.»

 

L'auteur,

David Foenkinos est l'auteur de dix romans dont Le potentiel érotique de ma femme, Nos séparations et Les souvenirs. Ses romans sont traduits dans plus de trente langues. La délicatesse, paru en 2009, a obtenu dix prix littéraires En 2011, avec son frère Stéphane, il en a réalisé une adaptation cinématographique avec Audrey Tautou et François Damiens.

 

Notre avis,

C'est un homme, 40 ans, marié avec Elise, deux grands enfants, des parents avec qui il ne s'entend pas très bien, un bon ami dentiste et sa femme artiste. Un bon job, architecte, un terrible mal de dos et sa vie part en vrille....

Tout va mal, il pète les plombs, il se fait virer. Il fait exploser son couple en vol, dit ses quatres vériyés à ses parents : que du bonheur pour se défouler !

Mais même avec tout ça, son mal de dos persiste. Il se réfugie alors dans l'écriture. Enfin il essaie parce que là non plus, il n'est pas très bon.

Il va aller mieux cet homme, le jour où il rencontre "l'amour" et un projet pour lui occuper l'esprit et ne plus penser à son mal de dos.

C'et une fable un peu absurde, avec des passages de bravoure. mais un mal de dos qui dure tout un roman, c'est long et on tourne un peu en rond, avec des citations parfois un peu encombrantes. 

Ca reste malgré tout un roman plaisant à lire, même si à chaque page, on plait ce héros. Il n'a vraiment pas de bol ...C'est le moment compassion de la journée.

 

0 commentaires

L'amant de Patagonie - Isabelle Autissier - Grasset

Présentation,

1880, Ouchouaya, Patagonie. Orpheline farouche, Emily l’Ecossaise a 16 ans. En cette période d’évangélisation du Nouveau Monde, Emily est envoyée en Patagonie en tant que « gouvernante » des enfants du Révérend. Elle qui ne sait rien de la vie découvre à la fois la beauté sauvage de la nature, les saisons de froid intense et de soleil lumineux, toute l’âpre splendeur des peuples de l’eau et des peuples de la forêt. La si jolie jeune fille, encore innocente, découvre aussi l'amour avec Aneki, un autochtone Yamana. Alors, sa vie bascule. Réprouvée, en marge des codes et des lois de la civilisation blanche, Emily fugue, rejoint Aneki et croit vivre une passion de femme libre. Jusqu’au drame.

De la colonisation des terres patagonnes à la mort des croyances ancestrales, des affrontements sanglants entre tribus au charme du dépaysement, le roman d'Isabelle Autissier puise à la fois aux sources du réel et de la fiction : qui connaît mieux que la navigatrice les mers du Grand Sud et leurs histoires ? Mais il fallait le talent de la romancière pour incarner ces amants de Patagonie.

 

L'auteur,

Isabelle Autissier, née le 18 octobre 1956 à Paris, est une navigatrice française, première femme à avoir accompli un tour du monde en compétition.

Elle passe sa jeunesse à Saint Maur en région parisienne et découvre la voile en Bretagne dès l'âge de 6 ans.

En 1978, elle sort de l'École nationale supérieure agronomique de Rennes avec un diplôme d'ingénieur agronome (spécialisation en halieutique). En 1980, elle mène pour le compte du CORPECUM une recherche sur les langoustines et les gros crustacés. Cette activité de recherche se prolonge pour le compte de l'IFREMER, à La Rochelle sur les pêcheries du golfe de Gascogne. De 1984 à 1990, elle enseigne à l'École maritime et aquacole de La Rochelle.

 

En 1991, elle termine 7e au cours du BOC Challenge en réalisant l'exploit d'être la première femme à faire un tour du monde en course. C'est cette réussite qui la pousse à abandonner l'enseignement pour se consacrer entièrement à la course au large.

 

En 1996, elle participe au Vendée Globe à bord de PRB, mais est contrainte à l’abandon suite à la casse de son safran.

 

En 1999, au cours de la course en solitaire autour du Monde Around Alone (ex-Boc Challenge), elle chavire à 25 nœuds et son bateau reste à l'envers. Le skipper Giovanni Soldini viendra la sauver. C'est probablement cet accident qui accéléra la décision d'Isabelle Autissier d'abandonner les courses en solitaire. Elle continue néanmoins quelques courses en équipage.

 

Isabelle Autissier s'est également tournée vers l'écriture. Après plusieurs récits, essais, ainsi qu'un livret d'opéra, Homo Loquax, elle publie en 2009 son premier roman, Seule la mer s'en souviendra, l'histoire d'une supercherie en mer inspirée d'un fait réel – l'affaire Crowhurst en 1969.

 

Notre avis,

Une aventure au bout du monde et quel monde !

Au delà de l'histoire, Isabelle Autissier sait à travers ce roman, nous emmenner sur ce bout de rocher que tant de marins redoutent. 

Ouchouaya, Cap Horn, Terre de Feu, des noms qui évoquent la rudesse du climat et de la vie présentée avec justesse et conviction par l'auteur.  

0 commentaires

Les affligés - Chris Womersley - Albin Michel

Présentation,

Australie, 1919. Alors que la Grande Guerre est enfin terminée, une épidémie de grippe espagnole ravage le pays. Dans une atmosphère de fin du monde, des hommes en armes bloquent les routes et parcourent les campagnes pour imposer la quarantaine.

Quinn Walker, un soldat démobilisé et hanté par ce qu’il a vécu, retrouve la petite ville de Flint en Nouvelle- Galles du Sud, qu’il avait quittée dix ans plus tôt, après avoir été accusé à tort d’un crime effroyable. Persuadé que son père et son oncle le pendront s’ils le trouvent, Quinn décide de se cacher dans les collines avoisinantes. Il y rencontre une gamine mystérieuse, qui l’encourage à réclamer justice et semble en savoir plus qu’elle ne le devrait sur son supposé crime…

Roman sombre et lumineux où il est question d’amour, de rédemption, de regret et de vengeance, Les Affligés est un livre fort, qui nous parle aussi des souffrances qu’impose la guerre tant à ceux qui partent au front, qu’à ceux restés derrière pour toujours.

 

L'auteur,

Chris Womersley est un écrivain australien, né en 1968 à Melbourne. Eclectique, il est l'auteur de romans policiers, de nouvelles mais aussi de recueils de poésie.

Il fit ses classes en tant que journaliste pour la radio. C'est également un voyageur passionné (Inde, Asie du Sud-Est, Amérique du Sud, Amérique du Nord et Afrique de l'Ouest.)

Il vit aujourd'hui à Sydney et publie pour la première fois en 2012 chez Albin Michel (Les Affligés).

 

Notre avis,

Chris Womersley nous livre là un roman fort mélangeant à la fois l'amour, la haine, la vengeance, le malheur de la guerre ....

A travers l'histoire de Quinn Walker, le lecteur voyage toujours entre la réalité et le rêve, 

Un très beau livre qui ne laisse pas indifférent au fil des pages ....

 

 

http://www.franceinter.fr/emission-l-humeur-vagabonde-chris-womersley

 

 

0 commentaires

La liste de mes envies - Grégoire Delacourt - JC Lattès

Présentation,

Jocelyne, dite Jo, rêvait d’être styliste à Paris. Elle est mercière à Arras. Elle aime les jolies silhouettes mais n’a pas tout à fait la taille mannequin. Elle aime les livres et écrit un blog de dentellières. Sa mère lui manque et toutes les six minutes son père, malade, oublie sa vie. Elle attendait le prince charmant et c’est Jocelyn, dit Jo, qui s’est présenté. Ils ont eu deux enfants, perdu un ange, et ce deuil a déréglé les choses entre eux. Jo (le mari) est devenu cruel et Jo (l’épouse) a courbé l’échine. Elle est restée. Son amour et sa patience ont eu raison de la méchanceté. Jusqu’au jour où, grâce aux voisines, les jolies jumelles de Coiff’Esthétique, 18.547.301€ lui tombent dessus. Ce jour-là, elle gagne beaucoup. Peut-être.

 

L'auteur,

Né en 1960 à Valenciennes, Grégoire Delacourt est publicitaire. Après le succès de L’Écrivain de la famille, son premier roman (20 000 exemplaires vendus en édition première, prix Marcel Pagnol, prix Rive Gauche), La Liste de mes envies, paru en février 2012, lui a valu une renommée internationale.

Site Web de l'auteur : http://www.gregoiredelacourt.com/

 

Notre avis,

Il n'est jamais simple pour un homme d'exprimer des sentiments féminins et de se dégager des clichés convenus ... Malgré tout, l'auteur ne s'en sort pas trop mal. 

Un homme, une femme, deux visions du bonheur, un coup du hasard et tout peut exploser !

 

 

1 commentaires

Emergency 911 - Ryan David JAHN - Actes Noir

Présentation,

À Bulls Mouth, Texas, quand on fait le 911, on tombe directement sur le Bureau du shérif. Collé derrière le central, son adjoint Ian passe ses journées à jouer aux cartes sur l’écran de son ordinateur tout en répondant aux rares appels d’urgence. Il faut dire qu’il n’a plus du flic que l’uniforme. Il y a sept ans, sa fille Maggie a été kidnappée dans sa chambre. L’en - quête n’a rien donné et on n’a jamais retrouvé la moindre trace de la petite. Quelques mois plus tôt, elle a été déclarée morte. Depuis, Ian s’est mis à boire, sa femme l’a quitté et le shérif lui a retiré son arme de service.

Ce jour-là, il lui reste une heure à tirer quand il reçoit un coup de fil un peu spécial. “Je vous en prie, aidez-moi !” Ça fait sept ans qu’il n’a pas entendu sa voix, alors au début il ne la reconnaît pas. Pourtant c’est bien elle. Sa petite fille l’appelle au secours. Elle a réussi à s’échapper et à trouver une cabine téléphonique. Mais la conversation est brutalement écourtée. Son ravisseur vient de lui remettre la main dessus.

Il n’a à peu près rien : une description sommaire du kidnappeur et la localisation de la cabine, où un combiné doit se balancer au vent. Mais à peu près rien, c’est déjà quelque chose, et il ne laissera pas Maggie disparaître une seconde fois. Alors il prend son SIG Sauer, grimpe dans sa Mustang 1965 et part à sa recherche. Du Texas à la Californie, il enfile l’In ter - state 10 à tombeau ouvert sur la trace du monstre qui lui a volé sa vie.

 

L'auteur,

Ryan David Jahn (né en 1979) est un Américain romancier et scénariste . Son premier livre, Les actes de violence (Good Neighbors aux États-Unis), est une œuvre littéraire polar inspiré par l'assassiner 1964 de Catherine Genovese .Lors de la libération en 2009, il était à la fois salué comme «la compassion et authentique», et critiqué pour "implacable, quasi-pornographique brutalité", mais la réception critique générale était positive, et il a gagné un Crime Writers 'Association poignard pour meilleur premier roman. Il a publié trois autres livres, dont l'un, le distributeur, a été longue liste de Crime Writers 'Association Ian Fleming Steel Dagger.

 

Notre avis,

L'auteur n'hésite pas à traiter de sujets délicats et compliqués pour servir de base à son histoire : il s'agit en effet d'un enlèvement d'enfant pour remplacer celui qui ne peut exister dans une famille.

l'histoire se déroulant aux Etats-Unis, au milieu des territoires abandonnés et là où tout le monde possède une arme, on imagine facilement la violence qui peut en découler.

Un livre dur, violent mais où l'espérance nous laisse toujours en haleine.

Une heureuse découverte que ce Ryan David Jahn pour les amateurs de roman policier !

 

0 commentaires

Dix rêves de pierre - Blandine le callet - Stock

Présentation,

Certaines inscriptions funéraires possèdent un singulier pouvoir d évocation ; leur lecture fait surgir le fantôme de personnes disparues depuis parfois des siècles. 
Blandine Le Callet réunit dans ce recueil des épitaphes authentiques, à partir desquelles elle imagine les dernières heures, les derniers jours ou les derniers mois du défunt. Elle ressuscite tour à tour un jeune esclave à qui l on vient d offrir sa liberté, un philanthrope piégé dans l étouffant huis clos d un bordel parisien, deux êtres unis par un amour hors-norme en route vers leur destin, une vieille dame acariâtre rédigeant son testament, et bien d autres encore. 
Dix destins arrêtés par des morts douces ou violentes, subites ou prévisibles, solitaires ou collectives. 
Dix voyages entre hier et aujourd hui, des rivages antiques d Asie Mineure jusqu à un petit village de la Bretagne profonde, du Paris de l Ancien régime à celui du xixe siècle, de la Normandie médiévale aux plaines d Ukraine dévastées par la peste brune... 
Dix nouvelles poétiques ou féroces, tendres ou dramatiques, nostalgiques ou grinçantes, dépeignant une humanité toujours assaillie par les mêmes passions, les mêmes peurs et les mêmes espoirs. Dix « rêves de pierre » pour conjurer l oubli.

 

L'auteur,

Après des études à l’Ecole normale supérieure de Fontenay-Saint-Cloud, Blandine Le Callet, qui voulait devenir écrivain dès ses 10 ans, accède au poste de maître de conférence en latin à l’université Paris XII Val de Marne. Outre sa recherche en philosophie ancienne et littérature latine, elle a consacré ses travaux à la notion de monstruosité dans la Rome ancienne, et, en 2005, elle publie un essai ‘Rome et ses monstres. Tome 1. Naissance d’un concept philosophique et rhétorique’. Son premier roman ‘Une pièce montée’ paraît en 2006.

 

Notre avis,

Le thème de ce livre pourrait paraître bien triste, il n'en est rien; même si la fin est convenue.

Blandine Le Callet réunit dans ce livre des épitaphes authentiques à partir desquelles elle imagine les dernières heures, les derniers jours, les derniers mois du défunt....

Il s'en suit dix nouvelles à la fois très poétiques, tendres, nostalgiques parfois grincantes ou viloentes.Elle s'inmice dans les derniers moments de la vie, où le bonheur, la joie, l'amour, la eédemption s'accroche coute que coute.

L'auteur balaie de sa plume des époques différentes, le récit est une promenade dans l'espace et le temps.La mémoir est fragile, le souvenir aussi. Il ne reste de ces personnages que les quelques lignes gravées sur une plaque, mais c'est assez pour faire surgir, grâce à l'écriture et l'imagination dix rêves de pierre pour conjurer l'oubli.

De ces dix nouvelles, toutes ne sont pas d'égales valeurs. Il en ressort un moment agréable avec des récits très touchants....

26 commentaires

La peste et le choléra - Patrick Deville - Seuil

Présentation,

Quand Louis Pasteur expérimente avec succès le vaccin contre la rage, il ouvre de nouvelles et formidables perspectives à la biologie et à la médecine. Il chargera plus tard ses élèves ou disciples de prolonger ses recherches à travers le monde. Les jeunes pasteuriens partent pour de longs périples.

Parmi eux, Alexandre Yersin, d’origine suisse (il est né à Morges en 1863), naturalisé Français pour les besoins de la science, qui se forme sur le tas et part très vite en Indochine, où il passera le plus clair de sa vie, loin des brouhahas parisiens et des fracas guerriers. Il multiplie là-bas les observations épidémiologiques mais aussi bien géographiques, astronomiques ou météorologiques. C’est que ces jeunes gens sont curieux de tout, Yersin en particulier.

Ami du politicien Doumer, Yersin se trouve à l’origine de la ville de Dalat, dans l’actuel Vietnam, puis il s’installe à Nha Trang pour y mener passionnément ses multiples activités de chercheur. Elevage

bovin, culture de l’hévéa, des orchidées, de la quinine : il pourrait faire fortune mais tout va au financement des recherches et de l’Institut Pasteur créé entre-temps. La science l’absorbe, il n’aura ni femme ni enfant. Parfois il revient en Europe, mais c’est le plus souvent de loin, à la radio ou par les journaux, qu’il reçoit l’écho des conflits mondiaux et de leurs atrocités. Il meurt en 1943, conscient mais pas tout à fait amer que son nom n’aura pas la même gloire posthume que son maître, Louis Pasteur, et demeurera essentiellement attaché à la découverte du bacille de la peste à Hong-Kong en 1894.

C’est cette formidable aventure scientifique et humaine que raconte Deville en croisant les périodes et les personnages autour de la figure de Yersin.

 

L'auteur,

Grand voyageur, esprit cosmopolite, Patrick Deville, né en 1957, dirige la Maison des Écrivains Étrangers et Traducteurs (MEET) de Saint-Nazaire, et la revue du même nom. Son oeuvre a été

traduite en dix langues. Rappelons ses derniers livres publiés au Seuil: sa trilogie Pura Vida (2004), Equatoria (2006), Kampuchéa (2011).

 

Notre avis,

C'est un personnage étrange et complexe que cet Alexandre Yersin; scientifique très doué, obstiné, qui travaille auprès du grand Pasteur et qui découvre le bacille de la peste.

Mais cet homme n'aime pas les honneurs, la gloire. Il ne sait pas rester en place, a toujours une idée d'avance. 

Il a la bougeotte, alors il part courir le monde pour faire ce qu'il sait fairfe de mieux : soigner les démunis, aider ceux qui ont besoin de ses connaissances, fonder une communauté scientifique en Indochine.

C'est un formidable aventurier-voyageur, bien loin des laboratoires aseptisés.

Patrick Deville nous fait découvrir un homme quasiment inconnu chez nous et adulé en Asie et à qui l'humanité doit beaucoup.

très beau livre, très riche en données scientifiques jamais ennuyeuses.On suit avec gourmandise le parcours de la vie d'un homme plein d'humanité. Par les temps qui courrent, on ne peut que s'en réjouir !

 

 

0 commentaires

La vérité sur l'Affaire Harry Québert - Joël Dicker

Présentation,

À New York, au printemps 2008, alors que l’Amérique bruisse des prémices de l’élection présidentielle, Marcus Goldman, jeune écrivain à succès, est dans la tourmente : il est incapable d’écrire le nouveau roman qu’il doit remettre à son éditeur d’ici quelques mois.

Le délai est près d’expirer quand soudain tout bascule pour lui : son ami et ancien professeur d’université, Harry Quebert, l’un des écrivains les plus respectés du pays, est rattrapé par son passé et se retrouve accusé d’avoir assassiné, en 1975, Nola Kellergan, une jeune fille de 15 ans, avec qui il aurait eu une liaison.

Convaincu de l’innocence de Harry, Marcus abandonne tout pour se rendre dans le New Hampshire et mener son enquête. Il est rapidement dépassé par les événements : l’enquête s’enfonce et il fait l’objet de menaces. Pour innocenter Harry et sauver sa carrière d’écrivain, il doit absolument répondre à trois questions : Qui a tué Nola Kellergan ? Que s’est-il passé dans le New Hampshire à l’été 1975 ? Et comment écrit-on un roman à succès ?

Sous ses airs de thriller à l’américaine, La Vérité sur l’Affaire Harry Quebert est une réflexion sur l’Amérique, sur les travers de la société moderne, sur la littérature, sur la justice et sur les médias.

 

L'auteur,

Joël Dicker est né à Genève en 1985. La Vérité sur l’Affaire Harry Quebert est son deuxième roman. Il y dépeint une Amérique qu’il connaît bien pour y avoir beaucoup voyagé et longuement séjourné.

 

Notre avis,

Bien que de nationalité suisse, Joêl Dicker, sans doute influencé par ses longs séjours aux Etats-Unis, nous livre içi un roman très "américain".

Une belle histoire où se mèlent amitié, romance, fait de société , intrigue sous une amérique très ffière de ses moeurs et coutumes. 

La grande qualité de ce romancier réside dans son style d'écriture : être capable à ce point de mélanger les époques et de conserver l'attention du lecteur sans perdre le chemin de l'intrigue est un vrai pari gagné !

Un beau roman, plaisant à lire même si l'éditeur aurait pu faire l'économie d'une cinquantaine de pages ...

0 commentaires

Les étrangers - Sandor Marai - Albin Michel

Présentation,

Écrit en 1930 après un séjour de cinq ans à Paris, ce « roman français » d’inspiration autobiographique est un texte important dans l’œuvre de l’immense écrivain hongrois Sándor Márai.

1926. Après un an d’études à Berlin, un jeune docteur en philosophie de Budapest arrive à Paris pour quelques mois. Étranger à ce pays qui le fascine et le rejette à la fois, il évolue parmi d’autres étrangers. Comme lui, tous survivent tant bien que mal dans le Paris de la fin des années folles, des cafés de Montparnasse aux hôtels miteux du quartier latin. Philosophe déraciné, exilé volontaire, promeneur inquiet… l’identité floue du personnage évolue au gré d’une errance qui se prolonge dans une Bretagne idyllique où l’entraîne une femme rencontrée par hasard. Récit initiatique, fabuleuse peinture de Paris, ce livre est une troublante réflexion sur l’exil, autant réel qu’intérieur, qui a nourri la vie et l’œuvre de Sándor Márai.

 

L'auteur,

Né en 1900 à Kassa, en Hongrie, Sándor Márai fait ses études à Leipzig, puis vit à Francfort, Berlin et Paris, avant de rentrer dans son pays où il devient, dans les années 30, un auteur adulé. Tombé dans l'oubli après 1948, date de son exil en Europe puis en Californie, il se suicide, à San Diego, en 1989. Son uvre a été redécouverte dans les années 90. Le roman La Sur, qui succède aux Braises, est le dernier que Márai publia en Hongrie, en 1946.

 

Notre avis,

Bien qu'écrit en 1930, ce roman évoque déjà un sujet toujours d'actualité, la place de l'étranger dans nos sociétés. Bien avant les quotas ou de toute idée de politique d'immigration, le personnage découvre avec surprise et amertume qu'il n'est pas considéré comme "tout le monde". Pourquoi partir de son pays, comment vivre avec les autres, pourquoi repartir en arrière, tracer son chemin .......un beau récit 

 

0 commentaires

14 - Jean Echenov - Edition Minuit

Présentation,

Cinq hommes sont partis à la guerre, une femme attend le retour de deux d’entre eux. Reste à savoir s’ils vont revenir. Quand. Et dans quel état.

 

L'auteur,

Jean Echenoz est né à Orange (Vaucluse) en 1947. Prix Médicis 1983 pour Cherokee. Prix Goncourt 1999 pour Je m'en vais.

 

Notre avis,

14, c'est aussi brutal et concis qu'un coup d'obus : pas de scènes de boucherie à part quelques mots au détour d'une phrase, mais pas pour décrire l'horreur de la guerre; juste pour signaler la mort d'un camarade, d'un frère.

Cinq hommes, de jeunes hommes partis de Vendée, partis à la guerre comme on part pour une aventure, pour changer des habitudes et puis, tant qu'on est ensemble, tout est presque supportable.

Tout, sauf que la guerre n'épargne personne, et lorsque les amis tombent, meurent, le qotidien boueux devient moins acceptable. La fuite, coute que coute devient un horizon, désertion mais peloton d'exécution, blessure volontaire mais mieux vaut ne pas se rater sinon retour dans les tranchées. Alors, lorsque l'éclat d'obus vous emporte le bras, le retour à l'arrière s'avère être une nouvelle épreuve, une réadaptation difficile à la vie et à son corps marqué par les sequelles de la guerre.

Le retour du héros qui prend la place de celui qui n'est pas rentré .....

Le récit de Jean Echenoz est court (un peu trop) mais tout est dit sur l'euphori du départ, le quotidien éprouvant des tranchées, l'ennui de l'attente de l'attaque de l'ennemi, la camaraderie, la mort, le retour au front, l'attente des familles. Jean Echenoz décrit la guerre et l'époque avec une simplicité émouvante. Un regret, c'est un peu court. On reste sur sa faim. On aurait aimé qu'il développe les personnages d'Anthime et Blanche.

Attendons le prochain Echenoz....

0 commentaires

Acharnement - Mathieu Larnaudie - Actes Sud

Présentation,

Depuis la défaite du ministre dont il rédigeait les discours, Müller a mis à distance sa fonction professionnelle de 'plume'. Dans la quiétude de sa demeure champêtre, il s'ingénie à élaborer l'allocution politique idéale, s'accordant quelques addictions (séries policières télévisées et petits verres de Chartreuse) et observant d'un oeil acerbe, en connaisseur, les campagnes électorales qui se succèdent et ramènent aux affaires des ambitieux qu'il a jadis côtoyés.

Mais sa retraite est bientôt troublée par d'intempestifs suicidaires, des inconnus qui, du viaduc surplombant sa propriété, viennent s'écraser dans ses plates-bandes. Le compulsif assemblage des mots, face au silence du désespoir. Ces deux réalités, une écriture caustique les met en miroir pour mieux illustrer les paradoxes de la rhétorique et l'incapacité de la parole à prendre en compte ce qui survient...

Après Les effondrés où il questionnait la chute de la doxa ultralibérale, Mathieu Larnaudie confirme sa capacité d'engager la fiction dans un décapage rigoureux des stratégies, effets de manches et belles envolées du langage qui nous gouverne.

 

L'auteur,

Mathieu Larnaudie est un écrivain français. Il partage son temps entre Paris et Berlin. Après des études de lettres et de philosophie, il se consacre entièrement à l'écriture. Il publie son premier roman en 2002. Depuis 2004, il codirige les éditions et la revue Inculte. Il dirige également la collection consacrée au thème de l'Utopie 'Le Répertoire des îles' aux éditions Burozoïque. Il mène depuis 2003 un travail de co-écriture avec le compositeur Pierre-Yves Macé, qui se décline en plusieurs projets parallèles : chanson pop (sous le nom d'Anita Drankhsal), lecture / performance (Hong Kong Police Terroriste Organisation) et composition radiophonique (Krinein et la Stratégie). Macé a également réalisé récemment une adaptation musicale du roman de Larnaudie Pôle de résidence momentanée. Il publie en 2012 chez Actes Sud son dernier roman Acharnement.

 

Notre avis,

Un rédacteur de discours, un jardinier, des suicidaires ..... Avec ou sans mots, chacun vit sa solitude face aux aléas de la vie. 

Malgré une éciture un peu complexe, l'auteur joue avec les mots, les siens, ceux des autres et ceux qui n'en ont pas.

Un beau sujet dans un beau livre.

 

0 commentaires

La vie rêvée d'Ernesto G - Jean-Michel Guénassia - Albin Michel

Présentation,

Paris-Alger-Prague. Des années 30 aux années 80. Des guinguettes de Joinville à la peste d'Alger, de la guerre à l'effondrement communiste. La trajectoire de Joseph Kaplan, fils et petit-fils de médecins juifs praguois, héros malgré lui, fataliste et optimiste à sa manière. Ses amours, ses engagements et ses désillusions. Et la rencontre qui bouleversa sa vie, celle qu'il fit avec un révolutionnaire cubain qui passa quelques temps en 1966 dans son sanatorium des environs de Prague, un certain Ernesto G., guerrier magnifique et déchu.

Dans la lignée du Club des Incorrigibles optimistes, Jean-Michel Guenassia retrace avec talent le parcours insolite d'un héros malgré lui. On retrouve dans ce roman son art de la narration si particulier, où l'Histoire et l'intime se mêlent dans une fresque captivante et nostalgique

 

L'auteur,

Jean-Michel Guenassia est l’auteur du Club des Incorrigibles optimistes, phénomène – tant critique que public – de la rentrée littéraire 2009, récompensé par le Goncourt des lycéens.

La vie rêvée d’Ernesto G. est son deuxième roman.

 

Notre avis,

A travers Joseph Kaplan, l'auteur nous entraine dans une véritable fresque historique. Né à Prague, étudiant à Paris, chercheur dans l'Algérie d'avant guerre et de retour à Prague, le héros malgré lui de Jean-Michel Guénassia traverse le temps et ses grands événements : la guerre, le communisme, la chute du mur... Une véritable histoire de l'europe merveilleusement racontée à l'image de son premier roman. Un auteur à découvrir ....

 

 

 

0 commentaires

Pour seul cortège - Laurent Gaudé - Actes Sud

Présentation,

En plein banquet, à Babylone, au milieu de la musique et des rires, soudain Alexandre s'écroule, terrassé par la fièvre. Ses généraux se pressent autour de lui, redoutant la fin mais préparant la suite, se disputant déjà l'héritage - et le privilège d'emporter sa dépouille. Des confins de l'Inde, un étrange messager se hâte vers Babylone. Et d'un temple éloigné où elle s'est réfugiée pour se cacher du monde, on tire une jeune femme de sang royal : le destin l'appelle à nouveau auprès de l'homme qui a vaincu son père... Le devoir et l'ambition, l'amour et la fidélité, le deuil et l'errance mènent les personnages vers l'ivresse d'une dernière chevauchée. Porté par une écriture au souffle épique, Pour seul cortège les accompagne dans cet ultime voyage qui les affranchit de l'Histoire, leur ouvrant l'infini de la légende.

 

L'auteur,

Romancier, nouvelliste et dramaturge né en 1972, Laurent Gaudé publie son oeuvre, traduite dans le monde entier, chez Actes Sud. Il est notamment l'auteur de La mort du roi Tsongor (2002, prix Goncourt des lycéens, prix des Libraires) et du Soleil des Scorta (2004, prix Goncourt, prix Jean-Giono).

 

Notre avis,

Lors d'un banquet, Alexandre le Grand s'effondre. Ses généraux sont consternés de voir leur chef, celui qui les a mené si loin s'écrouler et ne plus avoir la force de se relever. Cachée dans un temple, la fille du roi déchu perse, est appelée à son chevet pour vivre ses derniers moments. Le frère d'arme, Ericléops, revient de l'Inde avec un message qui, il en est persuadé, saura donner de la vie dans ce corps mourant. Tous vont se croiser et vivre cette mort jusqu'à une dernière chevauchée en Inde, véritable fin de l'épopée d'Alexandre le Grand. Une vraie symphonie que ce livre ou on retrouve toute la verve de Laurent Gaudé pour raconter ses histoires.

0 commentaires

La mort s'invite à Pemberley - P.D. James

Présentation,

Rien ne semble devoir troubler l'existence ordonnée et protégée de Pemberley, le domaine ancestral de la famille Darcy, dans le Derbyshire, ni perturber le bonheur conjugal de la maîtresse des lieux, Elizabeth Darcy. Elle est la mère de deux charmants bambins ; sa soeur préférée, Jane, et son mari, Bingley, habitent à moins de trente kilomètres de là ; et son père adulé, Mr Bennet, vient régulièrement en visite, attiré par l'imposante bibliothèque du château. Mais cette félicité se trouve soudain menacée lorsque, à la veille du bal d'automne, un drame contraint les Darcy à recevoir sous leur toit la jeune

soeur d'Elizabeth et son mari, que leurs frasques passées ont rendu indésirables à Pemberley. Avec eux s'invitent la mort, la suspicion et la résurgence de rancunes anciennes.

 

Dans La mort s'invite à Pemberley, Phyllis Dorothy James associe sa longue passion pour l'oeuvre de Jane Austen à son talent d'auteur de romans policiers pour imaginer une suite à Orgueil et Préjugés et camper avec brio une intrigue à suspense. Elle allie une grande fidélité aux personnages d'Austen au plus pur style de ses romans policiers, ne manquant pas, selon son habitude, d'aborder les problèmes de société - ici, ceux de l'Angleterre du début du XIXe siècle.

 

Un roman qui enchantera les nombreux admirateurs de Jane Austen et comblera ceux de P.D. James.

 

L'auteur,

Née en 1920, Phyllis Dorothy James a exercé des fonctions à la section criminelle du Home Office avant de se consacrer entièrement à l'écriture. Mélange d'understatement britannique et de sadisme, d'analyse sociale et d'humour, ses romans lui ont valu d'être sacrée « nouvelle reine du crime ».

 

Notre avis,

Une dizaine d'années après Orgueil et Préjugés, nous retrouvons les personnages si chers à Jane Austen. Alors que les Darcy vivent paisiblement avec leurs deux enfants à Pemberley, un drame survint la veille du grand bal de Lady Anne. Le capitaine Denny, grand ami de l'affreux Goerges Wickham est retrouvé mort dans les bois, son ami couvert de sang et pleurant sa perte à ses cotés. C'est la consternation à Pemberley. Wickham, ancien ami d'enfance de Darcy a-t'il été capable de tuer ?

P.D James à l'élégance de garder les personnalités des personnages et l'atmosphère si caractéristiques de Jane Austen. Ici c'est en spectateur et non en acteur que le lecteur découvre au fil des pages la révélation de l'enquete et du procès.

Une agréable lecture et un suspense qui ravira aussi bien les fans de P.D James que ceux de Jane Austen.

 

 

 

0 commentaires

Une façon de chanter - Jean Rouaud - Gallimard

Présentation,

Il aura fallu sa disparition pour que me revienne que c'est à Joseph, le compagnon de ma jeunesse, que je devais ma première guitare. Un présent inestimable pour affronter la modernité quand déferlait sur nos têtes rurales la folle exubérance des groupes anglais qui nous forçaient à bouger nos corps empruntés. À quoi nous n'avions pas été préparés. La bande-son de notre enfance était rudimentaire : les cloches de l'église, le chant des coqs, et derrière le mur du jardin les seules notes d'un piano sous les doigts d'Émile. Cette pauvreté musicale était d'autant plus étonnante que nous venions d'une famille de musiciens. Ma mère qui dans le souvenir de sa soeur jouait si bien, pourquoi nous avait-elle privés de musique quand on apprenait qu'un naufragé volontaire avait dû son salut aux partitions de Bach embarquées dans son canot ? C'est ainsi que je mis les bouchées doubles pour rattraper le temps perdu, jouant mal de plusieurs instruments, courant les routes, une guitare en bandoulière, sommant une charmante vieille dame de me donner des cours de piano, reprenant dans un anglais approximatif les hymnes du temps, demandant au jeune homme sombre derrière l'écran de ses cheveux de mettre en refrain sa mélancolie. « Si je me plains c'est une espèce de façon de chanter », écrivait Rimbaud à sa mère, du rocher brûlé d'Aden. Voilà très précisément ce qu'il faut entendre : une espèce de façon, de chanter.

 

L'auteur,

Sa maîtrise de lettres en poche, Jean Rouaud exerce divers petits métiers comme pompiste, vendeur d'encyclopédies médicales... En 1978, il entre à 'Presse Océan' et rédige bientôt des papiers pour la 'une' du journal. Il monte ensuite à Paris ; il travaille tantôt dans une librairie, tantôt comme vendeur de journaux dans un kiosque. En 1990, il fait paraître son premier roman, 'Les champs d'honneur', un coup de maître puisqu'il obtient aussitôt le prix Goncourt. Marqué par la mort de son père au lendemain de Noël alors qu'il avait onze ans, puis par celle de sa mère en 1997, avant même qu'elle ait pu lire les lignes qu'il lui avait consacrées dans ses derniers romans, Jean Rouaud ressuscite au fil de ses oeuvres cette famille décimée, à l'aide de mots simples et de clins d'oeil emplis de malice et de tendresse.

 

Notre avis,

Une façon de chanter constitue le deuxième tome de l'autobiographie poétique dans laquelle s'est lancé Jean Rouaud.

Après avoir exploré les années post 68 dans le premier volet, Jean Rouaud se re-penche sur son enfance et adolescence à l'occasion du décès de son cousin Joseph; manière aussi de rendre un hommage posthume très appuyé et très tendre à ce cousin qui lui avait offert sa première guitare. Cet instrument l'a sauvé de son ennui et ouvert une perspective vers des horizons plus rock n roll que le clocher de l'église du trottoir d'en face !

Le récit de son passé reste émouvant et drôle mais pas toujours complaisant. On y croise les figures familiales emblématiques des récits précédents de l'auteur, avec des variantes, voire même des contradictions, et même une vérité arrangée et avouée, mais ça, c'est le privilège de l'écrivain, dans l'attente du troisième volet.

0 commentaires

Profanation - Jussi Adler Olsen - Albin Michel

Présentation de l'éditeur,

Véritable phénomène d’édition dans les pays où il a été publié, Miséricorde, le premier roman du Danois Jussi Adler Olsen, s’est imposé en France comme la découverte scandinave de 2011. Profanation, le deuxième tome de la série, ne décevra pas les fans du tandem atypique et attachant que forment le cynique inspecteur Carl Mørck et son mystérieux assistant syrien, Assad.

Sur le bureau de Mørck, le dossier d’un double meurtre impliquant une bande de fils de famille, innocentée par les aveux « spontanés » de l’assassin. Mais très vite l’inspecteur s’aperçoit que l’affaire, hâtivement bouclée, comportait des zones d’ombre. Quel rôle ont vraiment joué, il y a vingt ans, trois des hommes les plus puissants du Danemark ?

Cercles très fermés des milieux d’affaires, corruption au plus haut niveau, secrets nauséabonds de la grande bourgeoisie…

Adler Olsen mêle à la perfection suspense implacable et regard acerbe sur son pays.

 

L'auteur,

Né à Copenhague, Jussi Adler-Olsen a étudié la médecine, la sociologie, le cinéma et la politique. Ancien éditeur, il connaît un succès sans précédent avec Département V, série bestseller qui compte déjà quatre tomes et qui a remporté les prix scandinaves les plus prestigieux. La série est en cours de traduction dans une trentaine de pays, et s’est déjà vendue à plus de 5 millions d’exemplaires en Europe.
Le premier volet, Miséricorde, paru chez Albin Michel en octobre 2011, s’est vendu à ce jour à plus de 40 000 exemplaires

 

Notre avis,

Deuxième essai réussi pour Jussi Adler Olsen et son couple d'enquêteurs improbables. 

Tandis que la célébrité les guette et que leur tranquillité est mise à mal par un nouveau membre du Département V qui n'a pas sa langue dans sa poche, une affaire ressurgit.

Classé il y a quelques années, ce meurtre atroce d'un frère et d'une soeur battus à mort cache pourtant des failles et amène nos deux inspecteurs vers une toute autre vérité bien plus sanglante et angoissante.

Une suite efficace qui place définitivement Jussi Adler Olsen avec les grands du polar. 

 


 

0 commentaires

Dans les forêts de Sibérie - Sylvain Tesson - Gallimard

Présentation de l'éditeur,

 Assez tôt, j'ai compris que je n'allais pas pouvoir faire grand-chose pour changer le monde. Je me suis alors promis de m'installer quelque temps, seul, dans une cabane. Dans les forêts de Sibérie.

J'ai acquis une isba de bois, loin de tout, sur les bords du lac Baïkal. 
Là, pendant six mois, à cinq jours de marche du premier village, perdu dans une nature démesurée, j'ai tâché d'être heureux. 
Je crois y être parvenu. 
Deux chiens, un poêle à bois, une fenêtre ouverte sur un lac suffisent à la vie. 
Et si la liberté consistait à posséder le temps ? 
Et si le bonheur revenait à disposer de solitude, d'espace et de silence – toutes choses dont manqueront les générations futures ? 
Tant qu'il y aura des cabanes au fond des bois, rien ne sera tout à fait perdu.

 

L'auteur,

Écrivain, journaliste et grand voyageur, Sylvain Tesson est né en 1972. Après un tour du monde à vélo, il se passionne pour l'Asie centrale, qu'il parcourt inlassablement depuis 1997. Il s'est fait connaître en 2004 avec un remarquable récit de voyage, L'Axe du loup (Robert Laffont). De lui, les Éditions Gallimard ont déjà publié Une vie à coucher dehors (2009) et, avec Thomas Goisque et Bertrand de Miollis, Haute tension (2009).

 

Notre avis,

Sylvain Tesson s'était fait la promesse de vivre dans une cabane avant ses 40 ans. Promesse tenue, sur les bords lac Baïkal au fin fond de la Russie, dans une isba, cabane sibérienne isolée à trois jours de marche de toute âme qui vive, avec des températures sibériennes du mois de février, et avec pour seule campagnie des carnets de note, des livres, des cigares et de la vodka (dont il sait abuser sans modération).

Il découvre l'éloge de la routine :dormir, couper<du bois pour se chauffer, se nourrir. C'est l'école du renoncement et du dépouillement. Le temps n'a pas d'emprise sur lui, juste vivre avec les éléments qui l'entourent et qui règlent son rythme de vie de reclu.

C'est une ode à la nature pas toujours si hostile, son regard est toujours avide de découverte du monde.

Il égratine au passage la société russe mais par là même aussi un peu beaucoup le notre.

C'est un livre très plaisant, jamais moralisateur, plein de de poésie, un peu de philosophie, beaucoup d'humour, toujours vivant, jamais ennuyeux.

A recommander ....

 

0 commentaires

Casanova et la femme sans visage - Olivier Barde Cabuçon - Actes Sud

Présentation des éditeurs,

Après avoir sauvé Louis XV de la mort lors de l’attentat de Damiens, et malgré son peu de goût pour la monarchie, le jeune Volnay obtient du roi la charge de “commissaire aux morts étranges” dans la police parisienne. Aidé d’un moine aussi savant qu’hérétique et d’une pie qui parle, Volnay apparaît comme le précurseur de la police scientifique, appelé à élucider les meurtres les plus horribles ou les plus inexpliqués de son époque. Epris de justice, c’est aussi un homme au passé chargé de mystère, en révolte contre la société et son monarque qu’il hait profondément. Lorsque, en 1759, le cadavre d’une femme sans visage est retrouvé dans Paris, Volnay doit conduire une enquête sur le fil du rasoir avant que le meurtrier ne frappe de nouveau. Surveillé de près par Sartine, le redoutable chef de la police qui voit d’un mauvais œil ce policier hors normes, Volnay, aidé à cette occasion par le libertin Casanova en personne et une jeune aristocrate italienne tournée vers les sciences et le progrès, remonte la piste d’un crime qui pourrait impliquer la Pompadour et Louis XV lui-même. Mais entre des alliés incertains et des adversaires redoutables, à qui le commissaire aux morts étranges peut-il se fier ? Des intrigues de la Cour de Versailles à la mystérieuse maison du Parc-aux-Cerfs, Casanova et la femme sans visage restitue avec une stupéfiante justesse, dans l’atmosphère si particulière de l’époque, les étonnants personnages que sont Louis XV, la marquise de Pompadour, Casanova et la figure énigmatique du comte de Saint-Germain, et inaugure une série policière des plus prometteuses.

 

L'auteur,

Olivier Barde-Cabuçon vit à Lyon. Féru de littérature, d’art et d’histoire, il est l’auteur des Adieux à l’Empire (France Empire, 2006) et du Détective de Freud (Editions De Borée, 2010). Son goût pour les intrigues policières et son intérêt pour le XVIIIe siècle l’ont amené à créer le personnage du commissaire aux morts étranges.

 

Notre avis,

Louis XV, La Pompadour, Casanova, il ne manquait plus qu'un commissaire aux morts étranges pour dénouer toutes les intrigues qui régnaient dans les rues de Paris .....

L'intrigue démarre avec la découverte du corps d'une jeune fille à qui le meutrier à retiré toute la peau du visage........et qui s'avère appartenir à à l'entourage du roi .....

Le début de la police "scientifique", les premières autopsies, les romances, les complots, tout est réussi pour faire du commissaire Volnay un nouveau héros du monde des romans policiers.

 

0 commentaires

l'appât - José Carlos Somoza - Actes Sud

Présentation des éditeurs,

Lever de rideau. Ici une bretelle noire glisse sur une peau diaphane, là des yeux mi-clos quémandent un improbable pardon : parure et posture. Elles charment et abusent les sens, elles disent qui est le maître. Si le grand ordonnateur de ce manichéisme visuel s'appelle Shakespeare, nous ne sommes pas sur les planches du théâtre du Globe mais dans le centre de formation ultramoderne de la police madrilène. Des instructeurs y décryptent les codes élisabéthains, qui placent la satisfaction du désir à l'épicentre de notre psyché. Les agents sont formés à la technique des "masques" : identifier en quelques secondes la nature du désir le plus profond du suspect pour provoquer en lui une overdose du seul plaisir auquel il ne peut résister. On les appelle les "appâts", Diana Blanco est leur meilleur élément.

Quand elle découvre que sa jeune soeur est aux prises avec l'insaisissable Spectateur qui terrifie la ville, elle mène une course contre la montre qui la conduit jusqu'à l'antre du monstre. C'est du moins ce qu'elle croit.

 

Subversif ? Troublant ? Inventif ? Ingénieux ? C'est Comme il vous plaira. Mais si "Le monde entier est un théâtre", José Carlos Somoza signe ici une magistrale mise en scène.

 

L'auteur,

Né en 1959, José Carlos Somoza vit à Madrid. Ses ouvrages, parus chez Actes Sud - La Caverne des idées (2002 ; Babel n ° 604), Clara et la pénombre (2003 ; Babel n° 669), La Dame n° 13 (2005 ; Babel n° 793), La Théorie des cordes (2007 ; Babel n° 911), Daphné disparue (2008) et La Clé de l'abîme (2009 ; Babel n° 1080) -, sont traduits dans le monde entier.

 

Notre avis,

Un livre totalement surprenant où l'auteur nous entraîne -via la recherche de deux sérial killer- dans le monde des "appâts", ces hommes et femmes formés à chasser et détecter les individus à risque !

Tout individu par ses réactions,  peut être analysé, normé et catalogué. Il suffit de le faire réagir face à des attitudes et de mises en scène savamment apprises dans ce centre de formation un peu spécial où règne l'esprit de Shakespeare ....

 

Diana Blanco, pour protéger sa soeur qui a décidé de retrouver un des sérial killer, décide de se lancer à son tour dans cette chasse où vont se méler plusieurs personnages issu du passé.

Piegeurs, piégés, l'auteur réussit à nous captiver complétement et nous fait redouter nos propres attitudes ....

 


 

0 commentaires

Miséricorde - Jussi Adler Olsen - Albin Michel

Présentation de l'éditeur,

Pourquoi Merete Lyyngaard croupit-elle dans une cage depuis des années ? Pour quelle raison ses bourreaux s'acharnent-ils sur la jeune femme ? Cinq ans auparavant, la soudaine disparition de celle qui incarnait l'avenir politique du Danemark avait fait couler beaucoup d'encres. Mais, faute d'indices, la police avait classé l'affaire. Jusqu'à l'intervention des improbables Carl Morck et Hafez el Assad du Département V, un flic sur la touche et son assistant d'origine syrienne. Pour eux, pas de cold case ... Couronné par les prix scandinaves les plus prestigieux, de La Clé de Verre aux Golden Laurels des libraires, le thriller de Jussi Adler-Olsen, première enquête de l'inspecteur Morck, est un véritable phénomène d'édition mondial.

 

Cet ouvrage a obtenu le titre de "policier du mois", décerné par le Jury des Lectrices de Elle.

 

L'auteur,

Jussi Adler-Olsen, de son vrai nom Carl Valdemar Jussi Adler-Olsen (né le 2 août 1950 à Copenhague) est un écrivain danois.

Depuis 2007, Jussi Adler-Olsen s'est spécialisé dans un recueil de romans policiers dont son dernier roman Journal 64 fut la meilleure vente de livre en 2010 au Danemark, ainsi il a eu une distinction du meilleur prix littéraire danois au début de cette année qui est le prix du club des libraires danois du nom en danois de boghandlernes gyldne laurbær ou plus exactement en français des « lauriers d'or des libraires ».

 

Notre avis,

Dès le début du roman, on apprend que Merete Lyyngaard, déclarée morte quelques années auparavant, est encore en vie. Les tortionnaires de la jeune femme font durer son agonie, l’empêchant de mettre fin à ses jours pour mieux prolonger ses souffrances.

En charge des affaires "non classées", un inspecteur hors norme accompagné de son adjoint lui aussi très atypique, reconstruit peu à peu le puzzle de cette vie emprisonnée.

 

Un roman policier scandinave qui arrive encore à nous surprendre ....et qui offre une vision sans complaisance de la société danoise.

 

 

 

 

0 commentaires

Le chapeau de Mitterand - Antoine Laurain - Flammarion

Présentation de l'éditeur,

 Un soir à Paris, Daniel Mercier, comptable, dîne en solitaire dans une brasserie, quand un illustre convive s'installe à la table voisine : François Mitterrand. Son repas achevé, le Président oublie son chapeau, que notre Français moyen décide de s'approprier en souvenir. Il ignore que son existence va en être bouleversée. Tel un talisman, ce célèbre feutre noir ne tarde pas à transformer le destin du petit employé au sein de son entreprise. Daniel aurait-il percé le mystère du pouvoir suprême ? Hélas, il perd à son tour le précieux objet qui poursuit sur d'autres têtes son voyage atypique au sein de la société française des années 1980. Cette fable pleine d'esprit et de malice possède comme le fameux chapeau un charme mystérieux - celui de ressusciter une époque et, surtout, de mettre au jour à travers une galerie de personnages notre rêve commun : voir s'accomplir par magie nos désirs les plus secrets.

 

L'auteur,

Né à Paris au début des années 1970, Antoine Laurain est l'auteur de trois romans, dont Ailleurs si j'y suis (Le Passage), lauréat du Prix Drouot en 2007.

 

Notre Avis,

Voici un roman sans prétention qui nous fait quand même passer un bon moment.

Un comptable s'offre un plateau de fruits de mer dans une "grande brasserie parisienne" et la table voisine est occupée par trois convives célèbres , le plus célèbre étant François Mitterand qui, en partant, oublie son chapeau. Notre comptable le coiffe et sa vie est chamboulée.

A son tour, il l'oublie et est récupéré par une jeune femme qui voit sa vie bifurquée comme elle le souhaitait ....

Et le chapeau va aisi passer de tête en tête donnant à ses éphémères propriétaires  une assurance inédite.

Antoine Laurain imagine un scénario très habile et nous replonge dans les années 80. C'est assez original et on n'y résiste pas !

1 commentaires

Le Chinois - Henning Mankell - Seuil

Présentation,

Par un froid matin de janvier 2006, la police de Hudiksvall, dans le nord de la Suède, fait une effroyable découverte. Dix-neuf personnes ont été massacrées à l’arme blanche dans un petit village isolé. La policière Vivi Sundberg penche pour l’acte d’un déséquilibré. Mais la juge de Helsingborg, Birgitta Roslin, qui s’intéresse à l’affaire car les parents adoptifs de sa mère sont parmi les victimes, est persuadée que ce crime n’est pas l’œuvre d’un fou. Elle mène une enquête parallèle à partir d’un ruban de soie rouge trouvé sur les lieux qui raconte une tout autre histoire et l’entraîne dans un voyage vers d’autres époques et d’autres continents, et surtout en Chine, cette nouvelle superpuissance en pleine expansion sur la scène mondiale. À son insu, Birgitta Roslin est prise dans l’engrenage d’une machination géopolitique qui finira par mettre sa vie en danger.

 

L'auteur,

Né en 1948, Henning Mankell partage sa vie entre la Suède et le Mozambique. Lauréat de nombreux prix littéraires, outre la célèbre « série Wallander », il est l'auteur de romans sur l'Afrique ou des questions de société, de pièces de théâtre et d’ouvrages pour la jeunesse. Son dernier titre paru en Seuil Policiers, L’Homme inquiet, est l'ultime enquête de Kurt Wallander.

 

Notre avis,

De la Suède à la chine en passant par l'Amérique, un voyage à travers le monde et le temps pour expliquer le massacre de 19 personnes quelque part dans une forêt isolée et sous la neige ......comment et pourquoi un homme en est arrivé à commettre un tel crime ?

Une juge plutôt sympatique et décidée à comprendre le fonds de l'histoire  donne un scénario original à ce dernier ouvrage de Mankel.

0 commentaires

Incident à Twenty Mile - Trévanian - Gallmeister

Présentation,

Incident à Twenty-Mile En 1898, au coeur des montagnes du Wyoming, la petite bourgade de Twenty-Mile n'est plus que l'ombre d'elle-même. Elle vient à s'animer lorsque débarque un jeune étranger désireux de plaire à tout le monde, avec pour seul bagage un vieux fusil et un lourd secret. Au même moment, un dangereux détenu s'échappe de la prison territoriale de Laramie en compagnie de deux tueurs dégénérés. Il commence à tracer un sillon de violence à travers l'État avant de décider de s'emparer de la petite ville pour y attendre le prochain convoi venu de la mine d'argent. L'isolement de Twenty-Mile, encore renforcé par une terrible tempête, va coûter cher à ses habitants. Avec Incident à Twenty-Mile, resté inédit en français, Trevanian propose une nouvelle lecture du western qui dynamite les conventions du genre. L'auteur de Shibumi et de La Sanction nous offre une oeuvre tout à la fois brillante et nostalgique. Une version pleine de suspense et ironique du mythe classique du western. Newsweek

 

L'auteur,

Trevanian est l'un des auteurs les plus mystérieux de ces dernières années.

De lui, on sait peu de choses. Américain, il a vécu dans les Pyrénées basques et il est probablement mort en 2005. Ses romans se sont vendus à des millions d'exemplaires dans le monde et ont été traduits en plus de quatorze langues.

 

Notre avis,

Un village fantôme avec son saloon, son magasin d'articles en tout genre, son hotel, sa rue déserte balayée par un vent venue de la montagne voisine où quelques mineurs courrent encore après du minerai précieux et débarquent chaque fin de semaine dans cette ville perdue de l'Amérique : c'est le décor de ce véritable western auquel Trévanian nous invite. 

Et comme dans tout bon western, les bandits arrivent ! et Travanian nous offre un genre littéraire inédit : une vraie et belle hsitoire comme on a pu en voir sur nos petits écrans. Tout y est et c'est génial !

 

0 commentaires

Du domaine du murmure - Carole Martinez - Gallimard

Présentation,

En 1187, le jour de son mariage, devant la noce scandalisée, la jeune Esclarmonde refuse de dire « oui » : elle veut faire respecter son vœu de s’offrir à Dieu, contre la décision de son père, le châtelain régnant sur le domaine des Murmures. La jeune femme est emmurée dans une cellule attenante à la chapelle du château, avec pour seule ouverture sur le monde une fenestrelle pourvue de barreaux. Mais elle ne se doute pas de ce qui est entré avec elle dans sa tombe.

Loin de gagner la solitude à laquelle elle aspirait, Esclarmonde se retrouve au carrefour des vivants et des morts. Depuis son réduit, elle soufflera sa volonté sur le fief de son père et son souffle parcourra le monde jusqu'en Terre sainte.

Carole Martinez donne ici libre cours à la puissance poétique de son imagination et nous fait vivre une expérience à la fois mystique et charnelle, à la lisière du songe. Elle nous emporte dans son univers si singulier, rêveur et cruel, plein d’une sensualité prenante.

 

L'auteur,

Née en 1966, Carole Martinez a exercé plusieurs métiers avant de devenir professeur de français à Issy-les-Moulineaux. Tantôt serveuse ou ouvreuse, photographe sur les plages, comédienne, assistante réalisatrice, pigiste… son parcours est très éclectique. En 2005, elle profite d’un congé parental pour se lancer dans l’écriture. Puisant dans les histoires de sa grand-mère et dans les légendes espagnoles, elle brode un texte entre le conte et le roman, Le cœur cousu, publié en 2007. Ce premier texte rencontre le succès et reçoit le prix Renaudot des lycéens, le prix Ouest-France Étonnants Voyageurs et le Prix Ulysse de la première œuvre. En 2011, elle publie deux romans, L’œil du témoin, un texte policier pour la jeunesse, et Du domaine des murmures.

 

Notre avis,

Carole Martinez nous emporte au Moyen-Age dans un monde d'ascese, où la condition des filles n'est pas très enviable.

Soit, Esclarmonde, son héroïne décide de n'en faire qu'à sa tête, personne nechoisira son destin, sauf elle, qu'elle croit ?

Son choix est une vie de recluse, mais bientôt perturbée par l'arrivée d'un nouveau-né. Et là, son choix de vie prend une autre dimension, celui de presque sainte, de sacrifiée, d'exemple ....

 

0 commentaires

Le héron de Guarnica - Antoine Choplin - Rouergue

Présentation,

Avril 1937, Guernica. Quand il ne donne pas un coup de main à la ferme du vieux Julian, Basilio passe son temps à peindre des hérons cendrés dans les marais, près du pont de la Renteria. Ce matin du 26, alors que nombre d’habitants ont déjà fuit la ville dans la crainte de l’arrivée des Nationalistes, le jeune homme rejoint son poste d’observation au bord de l’eau. Amoureux d’une jeune ouvrière de la confiserie, il veut lui peindre un héron de la plus belle élégance, lui prouver sa virtuosité et son adresse de coloriste, alors que, déjà, les premiers bombardiers allemands sillonnent le ciel. Ce n’est pas que Basilio se sente extérieur au conflit, il a même tenté de s’enrôler chez les Républicains, mais on n’a pas voulu de lui. En ville, on dit de lui qu’il a un sacré coup de pinceau. Mais qui peut comprendre sa fascination pour ces oiseaux, l’énigme de leur regard, leur élégance hiératique, mais aussi leur vulnérabilité ? Peintre naïf, peut-être que ce Basilio, mais surtout artiste qui interroge la question de la représentation. Comment faire pour rendre par le pinceau la vie qui s’exprime dans le frémissement des plumes ? Questionnement peut-être plus essentiel encore dans ces temps de cruauté. Car sitôt les premières bombes incendiaires tombées sur Guernica, Basilio rejoint la ville pour voir, de ses propres yeux, l’horreur à l’oeuvre. Avec l’aide d’Eusebio, son ami prêtre, il photographie les avions allemands, pour témoigner de ce massacre. Mais comment rendre la vérité de ce qu’ils sont en train de vivre, ceux de Guernica, dans ce cadre limité de la plaque photo ? « Ce qui se voit ne compte pas plus que ce qui est invisible » dit-il.

 

L'auteur,

Antoine Choplin est né en 1962. Il vit près de Grenoble, où il concilie son travail d’auteur, ses activités culturelles et sa passion pour la marche en montagne. Il a notamment publié, aux éditions La Fosse aux Ours « Radeau » (2003) et « L'impasse »(2006).

 

Notre avis,

Antoine Choplin avec son héron de Guarnica met en mots une tragédie de notre histoire contemporaine après la mise en couleurs de Picasso.

Et c'est justement la peinture le point de départ de ce récit; un jeune peintre qui tente de saisir la silhouette du héron du marais de Guarnica, pendant que le drame se joue sous ses yeux. Le héron disparait aux bruits des bombardiers qui s'annoncent et le silence devient pesant après le délestage continu des bombes. Le paysage devient apocalyptique. Seule la poésie du héron blessé qui revient se poser et qui est englouti par le marais nous rappelle que la mort est partout.

Très joli texte, beaux passages sur la lumière et la couleur, un bon moment de lecture.

0 commentaires

Le silence ne sera qu'un murmure - Laurence Vilaine - Gaïa

Présentation,

Le vieux Mikluš se déciderait-il à parler ? Rongé par le remords d’avoir gardé le silence, il s’en remet à un journaliste venu à l’occasion des vingt ans de la chute du Mur de Berlin, et raconte les siens, cette communauté rom installée sur une rive slovaque du Danube.

Dilino est le souffre-douleur de la bande, parce qu’il est différent avec son air de gadjo. Il ignore qui est cette femme qui s’occupe parfois de lui. «?La Vieille?» s’appelait Chnepki et avait une voix d’ange. Elle fut brisée en plein vol un matin de 1942 et réduite au silence des années durant. Jusqu’au jour où apparut Lubko, le sculpteur de marionnettes qui jouait du violon comme un Tsigane.

À l’heure où de plus en plus de crânes rasés tapissent la ville de croix gammées, Mikluš éclaire ces existences opprimées, révèle les non-dits. Et balaie les étiquettes pour laisser surgir les visages.

 

L'auteur,

Vilaine Laurence est née en 1965. Après des études d'anglais et plusieurs séjours à l'étranger, elle se consacre à des travaux journalistiques. Rédactrice pour différents supports de communication, elle est aussi auteur de guides de voyage et de documentaires. Laurence Vilaine vit à Nantes. "Le silence ne sera qu'un souvenir" est son premier roman.

 

Notre avis,

Premier roman pour Laurence Vilaine  nous fait découvrir le monde des Roms, à travers la méloire d'un vieil hoùùe qui se décide, à l'aube de sa vie, à sortir de son silence.

Il raconte alors l'histoire de sa tribu, sans attache, sans terre, refoulée de partout, persécutée aux quatre coins de l'Europe, des voyageurs sans bagages qui ne trimballent que le malheur et le sang, le rejt d'une société bien établie. malgré cette douleur ressentie, la solidarité, la musique, la liberté continuent à faire survivre ce peuple.

Laurence Vilaine nous livre un texte émouvant, quelque fois un peu froid, mais une approche d'un peuple peu connu.

 

0 commentaires

Limonov - Emmanuel Carrère - POL

Présentation,

« Limonov n’est pas un personnage de fiction. Il existe. Je le connais. Il a été voyou en Ukraine ; idole de l’underground soviétique sous Brejnev ; clochard, puis valet de chambre d’un milliardaire à Manhattan ; écrivain branché à Paris ; soldat perdu dans les guerres des Balkans ; et maintenant, dans l’immense bordel de l’après-communisme en Russie, vieux chef charismatique d’un parti de jeunes desperados. Lui-même se voit comme un héros, on peut le considérer comme un salaud : je suspends pour ma part mon jugement.

C’est une vie dangereuse, ambiguë : un vrai roman d’aventures. C’est aussi, je crois, une vie qui raconte quelque chose. Pas seulement sur lui, Limonov, pas seulement sur la Russie, mais sur notre histoire à tous depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale. »

 

L'auteur,

Petit-fils d'immigrés russes, ancien étudiant à Sciences-po, Emmanuel Carrère est d'abord critique de cinéma pour Positif et Télérama avant de publier son premier livre, 'Bravoure', en 1984...

 

Notre avis,

Personnage ambigu, attachant ou détestable, peut importe mais sutout, Emmanuel Carrère a su se saisir d'un personnage haut en couleur pour parler de notre histoire comtemporaine.

Le fond du livre est beaucoup plus interessant que le personnage lui-même.

 

0 commentaires

Retour à Killybegs - Sorj Shalandon - Grasset

Présentation,

« Maintenant que tout est découvert, ils vont parler à ma place. L'IRA, les Britanniques, ma famille, mes proches, des journalistes que je n'ai même jamais rencontrés. Certains oseront vous expliquer pourquoi et comment j'en suis venu à trahir. Des livres seront peut-être écrits sur moi, et j'enrage. N'écoutez rien de ce qu'ils prétendront. Ne vous fiez pas à mes ennemis, encore moins à mes amis. Détournez-vous de ceux qui diront m'avoir connu. Personne n'a jamais été dans mon ventre, personne. Si je parle aujourd'hui, c'est parce que je suis le seul à pouvoir dire la vérité. Parce qu'après moi, j'espère le silence. »

 

Killybegs, le 24 décembre 2006 Tyrone Meehan

 

L'auteur,

Sorj Chalandon, né en 1952, a été 34 ans journaliste à Libération avant de rejoindre Le Canard Enchaîné. Ses reportages sur l’Irlande du Nord et le procès Klaus Barbie lui ont valu le Prix Albert-Londres en 1988. Il a publié, chez Grasset, Le Petit Bonzi (2005), Une promesse (2006, prix Médicis), Mon traître (2008) et La légende de nos pères (2009).

 

Notre avis,

Magnifique et boulversant .....

Ce récit est avant tout l'histoire d'un peuple en guerre qui se transmettait de générations en génarations pendant près de 80 ans pour se terminer il n'a pas si longtemps.

C'est tout cette période de harcèlement, de privations,de luttes, de passages de témoin entre père et fils que nous raconte le traître Tyrone Meehan. 

Et puis il y a ce moment où tout peut basculer, où il est toujours trop tard pour revenir en arrière ....

 

 

 

0 commentaires

Les oreilles de Buster - Maria Ernestam - Gaïa

Prézsentation de l'éditeur,

Eva cultive ses rosiers. A cinquante-six ans, elle a une vie bien réglée qu'elle partage avec Sven. Quelques amies, des enfants, et une vieille dame acariâtre dont elle s'occupe. Le soir, lorsque Sven est couché, Eva se sert un verre de vin et écrit son journal intime. La nuit est propice aux souvenirs, aussi douloureux soient-ils. Peut-être aussi ta cruauté est-elle plus douce lorsqu'on l'évoque dans l'atmosphère feutrée d'une maison endormie. Eva fut une petite fille traumatisée par sa mère, personnage fantasque et tyrannique, qui ne l'a jamais aimée.

 

Très tôt, Eva s'était promis de se venger. Et elle l'a fait, avoue-t-elle d'emblée à son journal intime.

 

Un délicieux mélange de candeur et de perversion.

 

L'auteur,

Maria Ernestam est suédoise, et vit à Stockholm. Éclectique, elle a multiplié les expériences artistiques : chanteuse, danseuse, mannequin, comédienne, journaliste et auteur. L'écriture s'est imposée naturellement comme son moyen d'expression privilégié. Son premier roman traduit en français, Toujours avec toi, a été particulièrement bien accueilli.

 

Notre avis,

A nouveau une bonne surprise de la part d'un auteur qui nous vient de la Scandinavie, et c'est comme souvent, un coup de coeur...

Tout commence quand Eva décide de raconter sa vie sur son carnet intime offert par sa petite fille pour son anniversaire.

Ce roman devient alors une succéssion d'allers-retours entre sa vie d'enfant et sa vie actuelle racontée avec beaucoup de simplicité, d'authenticité mais surtout beaucoup de poésie et de perversité.

 

«J'avais 7 ans quand j'ai décidé de tuer ma mère et 17 ans quand j'ai finalement mis mon projet à exécution.», sans être un roman policier, l'ambianc est lancée ...

A noter que ce roman a reçu le prix des Libraires !

 

0 commentaires

Sunset Park - Paul Auster - Actes Sud

Présentation de l'éditeur,

Parce qu'il s'est toujours senti coupable de la mort accidentelle de son demi-frère, Miles s'est banni de sa propre histoire. Il a quitté sa famille, abandonné ses études, et travaille, en Floride, à débarrasser les maisons désertées par les victimes des subprimes. Amoureux d'une fille trop jeune, passible de détournement de mineure, Miles fait bientôt l'objet d'un chantage et est obligé - encore une fois - de partir. Il trouve alors refuge à Brooklyn où son fidèle ami Bing Nathan squatte une maison délabrée, en compagnie de deux jeunes femmes, elles aussi condamnées à la marge par l'impossibilité d'exprimer ou de faire valoir leurs talents respectifs. Désormais Miles se trouve géographiquement plus proche de son père, éditeur indépendant qui tente de traverser la crise financière, de sauver sa maison d'édition et de préserver son couple. Confronté à l'écroulement des certitudes de toute une génération, il n'attend qu'une occasion pour renouer avec son fils afin de panser des blessures dont il ignore qu'elles sont inguérissables... Avec ce roman sur l'extinction des possibles dans une société aussi pathétiquement désorientée qu'elle est démissionnaire, Paul Auster rend hommage à une humanité blessée en quête de sa place dans un monde interdit de mémoire et qui a substitué la violence à l'espoir

 

Peuplé de personnages qui sont autant d'écorchés vifs sur la scène pleine de bruit et de fureur du complexe roman familial qui les rassemble, Sunset Park explore les capacités de dévastation des traumatismes enfouis lorsque ces derniers viennent, de surcroît, à se trouver relayés par la cruelle évolution des sociétés matérialistes contemporaines. Ou comment sept ans après l'effondrement des Twin Towers, la crise des subprimes, portant un nouveau coup au rêve américain, oblige les individus à une douloureuse et radicale révision de la manière d'appréhender leur propre histoire à l'heure du crépuscule annoncé des valeurs.

 

L'auteur,

Paul Auster est né dans le New Jersey. Ce romancier, qui fut poète et traducteur, est désormais célèbre dans de nombreux pays.En France, toute l'œuvre de Paul Auster, traduite en trente-cinq langues, est publiée chez Actes Sud. Prix Médicis étranger pour Leviathan en 1993, il est membre de The Academy of Arts and Letters et a reçu le Prix du Prince des Asturies en 2006 (entre autres distinctions prestigieuses).

 

Notre avis,

Paul Auster présente, au travers de ses personnages victimes de la crise  économique, le côté noir du rêve américain. Malgré la volonté de chacun d'aller de l'avant et de s'accrocher à leurs repères, tout devient plus compliqué pour ces new yorkais. Un beau récit mélant la nostalgie à l'optimisme .

0 commentaires

Désolations - David Vann - Gallmeister

Présentation de l'éditeur,

Sur les rives d’un lac glaciaire au cœur de la péninsule de Kenai, en Alaska, Irene et Gary ont construit leur vie, élevé deux enfants aujourd’hui adultes. Mais après trente années d’une vie sans éclat, Gary est déterminé à bâtir sur un îlot désolé la cabane dont il a toujours rêvé. Irene se résout à l’accompagner en dépit des inexplicables maux de tête qui l’assaillent et ne lui laissent aucun répit. Entraînée malgré elle dans l’obsession de son mari, elle le voit peu à peu s’enliser dans ce projet démesuré. Leur fille Rhoda, tout à ses propres rêves de vie de famille, devient le témoin du face-à-face de ses parents, tandis que s’annonce un hiver précoce et violent qui rendra l’îlot encore plus inaccessible.

Après Sukkwan Island, couronné par le Prix Médicis 2010, le second roman de David Vann est une œuvre magistrale sur l’amour et la solitude. Désolations confirme le talent infini de son auteur à explorer les faiblesses et les vérités de l’âme humaine.

Traduit de l'américain par Laure Dérajinski

 

L'auteur,

DAVID VANN est né sur l'île Adak, en Alaska. Après avoir parcouru plus de 40 000 milles sur les océans, il travaille actuellement à la construction d’un catamaran avec lequel il s'apprête à effectuer un tour du monde à la voile en solitaire. Auteur de plusieurs livres, il vit en Californie où il enseigne également à l'Université de San Francisco. Sukkwan Island est son premier roman traduit en français

 

Notre avis,

L'Alaska, le froid, la solitude, rarement un livre n'abondonne à ce point le lecteur à ses propres angoisses et à sa propre vie. 

Comment et que peut donc pousser un être humain à écrire un tel récit ?

2 commentaires

Chef - Jaspreet Singh - Buchet Castel

Présentation de l'éditeur,

Après une absence de quatorze ans et à la demande du général Kumar, son ancien employeur, sikh Kirpal Singh revient pour cuisiner le repas de noces de sa fille, Rubiya. A bord du train lent et bondé qui fait route de Delhi vers les hauteurs enneigées du Cachemire, le cuisinier Kip regarde défiler les lumières minuscules, les champs luisants et les villages bruyants du nord de l’Inde. Ce faisant, il se remémore son passé : un camp militaire niché à l’ombre du glacier géant de Siachen, le plus froid et le plus haut champ de bataille du monde, où se font face, les armées indienne et pakistanaise. Il se rappelle comment, dans la violence chaotique et les températures extrêmes de ce lieu absurde, il s’était laissé guider et cajoler par l’univers capiteux des femmes souvent plus mûres que lui et par les mets délicats et épicés de son mentor caustique et fougueux, le chef Kishen...Jusqu’à cette après-midi inoubliable, dont le souvenir lui est toujours aussi oppressant, où cette terroriste pakistanaise à la longue chevelure d’ébène échoua sur la rive du fleuve pour changer sa vie à jamais. Obsédant, mélancolique et intensément lyrique, Chef est le roman de l’espoir, de l’amour et de la mémoire sur le Cachemire occupé mais défiguré par les souffrances d’un conflit qui n’en finit pas.

 

L'auteur,

Jaspreet Singh est né au Penjab, a grandi au Cachemire et dans plusieurs villes de l’Inde. Il est l’auteur d’un recueil de nouvelles non traduit à ce jour, Seventeen tomatoes. Chef, son premier roman, fut couronné par le prix canadien Georges Bugnet du meilleur roman et sélectionné pour quatre autres prix littéraires. Il vit dans les Rocheuses canadiennes.

 

Notre avis,

Découvert à Saint Malo lors du festival Etonnants voyageurs en mai dernier, ce récit mèle à la fois une pincée de l'histoire du Cachemire, un brin d'art culinaire indien et la nostalgie d'un homme invité à cuisiner le repas de noces de la fille de son ancien employeur.

Au delà de la découverte d'un pays, il règne  dans ce récit une ambiance particulière : le contraste des couleur des tissus et des épices face au noir du glacier de Siachen est saisissant !

Et en prime, la recette du Rogan josh, recette apportée au Cachemire par les Moghols, plat d'agneau longuement cuit avec de nombreux épices ....

0 commentaires

Le dîner - Herman Koch - Belfond

Présentation de l'éditeur,

Dans un grand restaurant d'Amsterdam, deux couples passent une soirée sous haute tension. Un huis clos étouffant et dérangeant, un roman coup de poing qui dresse un portrait à la fois ridicule et glaçant d'une bourgeoisie prête à renoncer à toutes ses valeurs morales.

Succès phénoménal aux Pays-Bas, alliance détonante d'une comédie de moeurs à l'humour ravageur et d'un roman noir à la tension implacable, Le Dîner dresse le portrait de notre société en pleine crise morale.

Deux frères se donnent rendez-vous avec leurs épouses dans un restaurant branché d'Amsterdam.

Hors-d'oeuvre : le maître d'hôtel s'affaire.

Plat principal : on parle de tout, des films à l'affiche, des vacances en Dordogne.

Dessert : on évite soigneusement le véritable enjeu du dîner, les enfants.

Car leurs fils respectifs ont commis un acte d'une violence inouïe.

Un café, un digestif, l'addition.

Reste la question : jusqu'ou irions-nous pour préserver nos enfants ?

 

L'auteur,

Né le 5 septembre 1953 aux Pays-Bas, Herman Koch connaît un joli succès avec son premier roman, 'Le Dîner', sorti en France en 2011 chez Belfond et traduit dans quatorze langues. L'auteur y met en scène deux couples bourgeois réunis dans un grand restaurant d'Amsterdam. Au menu de leurs discussions : leur fils respectifs, tous deux auteurs d'une agression sur une personne sans domicile

 

Notre avis,

Là où tout devrait être normal, il y a souvent un hic ! Et quand ca concerne des peersonnes  "au dessus de tout soupçon" et que c'est décrit avec une telle malice, cela donne un récit tout à fait surprenant et délicieux ! Bon appétit !

0 commentaires

La nonne et le brigand - Frédérique Deghelt - Actes Sud

Présentation de l'éditeur,

En reposant le recueil, elle effleura une couverture de cuir, crut d'abord qu'il s'agissait d'un carnet de correspondance mais ne put s'empêcher de l'ouvrir. C'était l'emballage d'un cahier dont les pages étaient couvertes d'une petite écriture ronde presque enfantine. Je ne savais pas ce que c'était l'amour, je ne savais rien de ce qui nourrit et dévaste, alors sans ce savoir je n'étais qu'une petite chose lancée sur les routes et sans arme pour affronter la vie. Il n'y avait que cette phrase sur la première page, écrite à l'encre bleue, presque délavée. Lysange eut comme le sentiment que ces phrases s'adressaient directement à elle et cela lui ôta tout scrupule pour commencer à lire ce qui avait tout l'air d'être un journal de bord.

 

L'auteur,

Voyageuse infatigable, avec Paris pour port d'attache, Frédérique Deghelt est journaliste et réalisatrice de télévision. Après La vie d'une autre (2007) et La grand-mère de Jade (2009), La nonne et le brigand est son troisième roman publié par Actes Sud. Egalement parus chez Actes Sud (textes et photographies) : Je porte un enfant et dans mes yeux l'étreinte sublime qui l'a conçu (2007) et Le cordon de soie (2009).

 

Notre avis,

On pourrait penser qu'avec ce titre, il s'agit d'un banal roman à "l'eau de rose" ou d'un polar mélangeant le bon et le méchant mais pas du tout...

Lysange qui a connu tant d'hommes, ne se laisse pas facilement avoir par Pierre, un baroudeur . Pourtant elle finit par tomber sous son charme et malgré quelques épisodes douloureux, ils deviennent fous amoureux l'un de l'autre.

Cette passion va la bouleverser.

Pour fuir, et remettre ses idées en place, elle va accepter la proposition insolite d'un inconnu, Thomas qui lui offre sa maison au bord de mer.

Elle découvre alors chez lui le journal d'une nonne posé là, comme par hasard....

Qui est vraiment Thomas ? Pourquoi possède-t-il ce journal ? Qui est cette nonne qui lui ressemble de plus en plus au fil des pages ....Que cache ces coïncidences ?

 

0 commentaires

Zona Frigida - Anne B. Radge - Balland

Présentation,

Qu'est-ce qui a bien pu pousser Bea, jeune caricaturiste branchée de 35 ans, à s'inscrire pour une croisière à destination des terres du Grand Nord ? La croisière, d'abord : un concept destiné au troisième âge plutôt qu'à une célibataire croqueuse d'hommes comme elle...

La destination, ensuite : le Spitzberg, dit " Zona frigida ", aux confins septentrionaux de la Norvège, ne constitue pas un territoire des plus accueillants. Le froid y est d'ailleurs si vif que tous les animaux en seraient devenus blancs... Autant dire que la présence de Bea sur ce bateau a de quoi susciter la curiosité de ses compagnons de voyage. Si la jeune femme a prétexté auprès de ses proches le besoin de rompre avec son quotidien, il apparaît rapidement que ses motivations sont tout autres : Bea a des comptes à régler avec son passé et ce voyage devrait lui permettre de repartir de zéro.

La croisière d'agrément va vite se transformer en cauchemar pour certains passagers...

 

L'auteur,

Anne Birkefeldt Ragde est le phénomène incontournable de la scène littéraire norvégienne.

Auréolée des très prestigieux prix Riksmâl (équivalent du Goncourt français), prix des Libraires et prix des Lecteurs pour sa " Trilogie de Neshov " (La Terre des mensonges, La Ferme des Neshov, L'Héritage impossible) publiée aux éditions Balland et vendue à 90 000 exemplaires. Anne B. Ragde est une romancière à succès, dont l'oeuvre a déjà été traduite en 15 langues et vendue à des millions d'exemplaires.

 

Nore avis,

L'auteur de la trilogie de Nesbov nous embarque à bord d'une croisière dans la région polaire appelée "Zona Frigida, là où le froid n'a plus de limite. Içi, rien n'est banal et surtout pas les personnages de cette aventure polaire : une héroïne, Béa, plutôt jeune, caricaturiste et très imbibée, une star japonaise, un barouduer du nord ....

On sent rapidement que chacun cache quelque chose, et que ce périple ne va pas être forcément salvateur pour tous. Nous sommes loin de la caricature touristique des Pays du Nord, les réalités de la froidure et du confinement font explosés les personnalités et leurs contradictions.

Et ce qui ne gache rien, la nature et la faune de cette région est constamment sous nos yeux.

Jubilatoire, du cousu main.

0 commentaires

La petite fille de ses rêves - Donna Léon - Calmann Lévy

Présentation,

Alors que le commissaire Brunetti vient d’enterrer sa mère, une étrange requête lui est présentée par un missionnaire tout juste revenu d’Afrique : le policier pourrait-il s’intéresser aux agissements d’une secte qui sévit depuis quelque temps à Venise ? Brunetti hésite. Peut-être le padre Antonin Scallon redoute-t-il seulement la concurrence. D’un autre côté, si le gourou cherche à plumer ses adeptes, il faudra y regarder de plus près.

Mais très vite, une affaire plus grave va monopoliser les pensées de Brunetti. Par une matinée froide et pluvieuse, le corps d’une fillette est retrouvé dans un canal. Fait étrange, nul n’a signalé sa disparition, ni celle des bijoux récupérés dans ses vêtements. Qui est cette enfant ? Qui a causé sa mort ? Pour protéger quels secrets l’a-t-on assassinée ?

Tant que Brunetti n’aura pas découvert la vérité à son sujet, cette petite fille hantera ses nuits…

 

L'auteur,

Née dans le New Jersey, Donna Leon vit depuis plus de vingt ans à Venise, ville où se situent toutes ses intrigues. Les enquêtes du commissaire Brunetti, dont La Petite Fille de ses rêves est le dix-septième volet, ont conquis des millions de lecteurs à travers le monde et ont toutes été publiées en France aux Éditions Calmann-Lévy.

 

Notre avis,

La plus italienne des romancières américaines n'en finit pas de nous séduire. Installée à Venise depuis près de trente ans, Donna Leon mêle avec bonheur intrigue policière et description de la vie dans la Cité des doges. Sous sa plume souvent poétique, l'auteur transmet sa connaissance approfondie de Venise. Et chaque nouvelle enquête du sympathique commissaire Brunetti est l'occasion, non seulement d'un divertissement romanesque, mais aussi d'une réflexion sur des sujets d'actualité.

Ainsi, dans cette dix-huitième enquête menée par Guido Brunetti, ce dernier  découvre le corps d'une fillette noyée dans le Grand Canal. Cachées sur elle, une montre en or et une alliance… Autant d'objets probablement volés par la gamine d'une douzaine d'années. Flic d'expérience mais jamais blasé, Brunetti est bouleversé par cette affaire. Au point d'en rêver la nuit. Les sentiments de compassion du héros, lui-même père de famille, sont décrits avec une grande finesse.

0 commentaires

Solaire - Ian McEwan - Gallimard

Présentation,

Michael Beard aurait tout de l’antihéros pathétique (boulimique, chauve, bedonnant, il est proche de la soixantaine et son cinquième mariage est sur le déclin) s’il ne s’était vu décerner le Prix Nobel de physique.

Croyant que son heure de gloire est derrière lui, il végète en faisant de vagues recherches sur les énergies renouvelables, et c’est par ailleurs un coureur de jupons invétéré. Mais voilà qu’il rencontre un étudiant, Tom Aldous, qui prétend avoir trouvé la solution pour lutter contre le réchauffement climatique. Contre toute attente, cette rencontre va remettre Michael Beard en selle. Celui-ci décide de se rendre au pôle Nord et à son retour, il va de surprise en surprise.

Non seulement il trouve Aldous installé chez lui (il est flagrant qu’il est devenu l’amant de sa femme) ; mais lorsque Beard lui demande de quitter les lieux, Aldous glisse malencontreusement, sa tête heurte le coin de la table et il meurt. Beard se débrouille alors pour faire accuser Tarpin, l’amant « officiel » de sa femme, lequel écopera de 18 ans de prison. Dans le même temps, Beard compulse les notes qu’Aldous avait laissées pour lui.

Il se les approprie et parcourt le monde de conférence en conférence en prônant cette thèse d’avant-garde, mais ne tarde pas à se voir traité d’imposteur et de plagiaire par son propre centre de recherche, désireux de récupérer le brevet… Comme souvent chez McEwan, trajectoire individuelle et destin collectif sont indissociables : de même que l’état de la planète sert de toile de fond pour mettre en scène les déviances de Michael Beard et le pousser dans ses derniers retranchements, les errements du physicien représentent autant de signes avant-coureurs de l’apocalypse annoncée.

Le comique du début cède la place à une ironie absolue, le divertissement à la parabole. Beard, qui devait sauver la planète du désastre écologique, apparaît pour ce qu’il est : un prédateur narcissique incapable d’accepter la moindre frustration. Malgré ses promesses répétées de se réformer, il remet sans cesse au lendemain et court à sa perte. Comme l’humanité. Le dernier sommet de Copenhague rend d’une actualité « brûlante » ce roman, sans doute l’un des plus intelligents et des plus narquois de Ian McEwan.

 

L'auteur,

Né en 1948, Ian McEwan est considéré comme l’un des écrivains anglais les plus doués de sa génération.

L’enfant volé (Du monde entier, 1993, Folio n° 2733) a reçu le prestigieux Whitbread Novel Award et, en France, le prix Femina étranger ; Amsterdam (Du monde entier, 2001, Folio n° 3728), a été couronné par le Booker Prize for Fiction ; Expiation (Du monde entier, 2003, Folio n° 4158), par le WH Smith Literary Award. L’essentiel de son oeuvre est publié aux Editions Gallimard, dont, récemment, Samedi (Du monde entier, 2006, Folio n° 4661) et Sur la plage de Chesil (Du monde entier, 2008, Folio n° 5007).

 

Notre avis,

Un héros (bon ou méchant ?) à l'image du monde .....Le parallèle est assez saisissant entre l'état de ce chercheur prêt à sauver la planète contre la surexploitation de ces richesses et son propre état physique malmené par une hygiène de vie physique et morale et dont les bonnes décisions à son sujet sont toujours et éternellement remises au lendemain.

Un livre au sujet très sérieux qui ne nous empêche pas de rire tellement Ian McEwan arrive à le présenter avec beaucoup d'ironie.

"On n'a pas mis fin à l'âge de pierre à cause d'une pénurie de cailloux ..."

 

0 commentaires

Le caveau de famille - Katarina Mazetti - Gaïa

Présentation,

Après l'immense succès du Mec de la tombe d'à côté, nous sommes des centaines de milliers de lecteurs à nous demander ce qu'il advient de Désirée, la bibliothécaire, et de Benny, le paysan.

Elle dévore avec autant d'ardeur les livres et les produits bio, lui élève des vaches et n'imagine pas qu'on puisse lire « de son plein gré ». Pourtant, ils se sont promis trois essais pour avoir un enfant ensemble. Si cela ne donne rien, c'est terminé pour toujours. Et si ça marche�

Comme le disait un critique littéraire suédois : « Le quotidien tue l'amour, la vie de famille l'enterre. » C'est gai. Bienvenue dans le caveau de famille ! Pétillant et jubilatoire

 

L'auteur,

Née en 1944, Katarina Mazetti est journaliste à la Radio Suédoise. Auteur de livres pour la jeunesse et de romans pour adultes, elle rencontre un succès phénoménal avec Le mec de la tombe d'à côté, vendu à plus de 450 000 exemplaires, dans un pays de 9 millions d'habitants!

 

Notre avis,

Voici la suite des aventures conjugales de désirée Wallin, bibliothécaire urbaine et Benny Soderstrom, agriculteur un peu rustre. Après le temps de la rencontre, de la vie commune et de son échec.

Désirée se met en tête d'avoir un enfant et après réflexion, elle ne peut le concevoir qu'avec Benny, même si l'idée de l'élever ensemble n'est pas dans le marché conclu.

Mais le coût de la vie en décide autrement .... Et les deux tourtereaux expérimentent la vie en couple, le mariage, les enfants, les problèmes ...

"Le quotidien tue l'amour, la vie de famille l'nterre ..."

Katarina Mazetti, dans ce deuxième volet, perd un peu de son humour et de sa finesse. On ne retrouve pas les petits détails qui touchaient avec justesse et on a beaucoup plus de mal à se retrouver dans l'image que l'auteur donne de Désirée.

0 commentaires

La vie très privée de Mr Sim - Jonathan Coe - Gallimard

Résumé,

Maxwell Sim est un loser de quarante-huit ans.

Voué à l'échec dès sa naissance (qui ne fut pas désirée), poursuivi par l'échec à l'âge adulte (sa femme le quitte, sa fille rit doucement de lui), il s'accepte tel qu'il est et trouve même certaine satisfaction à son état. Mais voilà qu'une proposition inattendue lui fait traverser l'Angleterre au volant d'une Toyota hybride, nantie d'un GPS à la voix bouleversante dont, à force de solitude, il va tomber amoureux.

Son équipée de commis-voyageur, représentant en brosses à dents dernier cri, le ramène parmi les paysages et les visages de son enfance, notamment auprès de son père sur lequel il fait d'étranges découvertes : le roman est aussi un jeu de piste relancé par la réapparition de lettres, journaux, manuscrits qui introduisent autant d'éléments nouveaux à verser au dossier du passé. Et toujours Max pense à la femme chinoise et à sa fille, aperçues dans un restaurant en Australie, dont l'entente et le bonheur d'être ensemble l'ont tant fasciné.

Va-t-il les retrouver ? Et pour quelle nouvelle aventure ? Brouillant joyeusement les cartes de la vérité et de l'imposture, Coe l'illusionniste se réserve le dernier mot de l'histoire, qui ne manquera pas de nous surprendre. Plus d'une génération va se reconnaître dans ce roman qui nous enchante avec un humour tout britannique, bien préférable au désespoir.

 

L'auteur,

Né en 1961 à Birmingham, Jonathan Coe est l'un des auteurs majeurs de la littérature britannique actuelle.

On lui doit notamment Testament à l'anglaise, prix du Meilleur Livre étranger 1996, La maison du sommeil, prix Médicis 1998, le diptyque que forment Bienvenue au club et Le Cercle fermé, et La pluie, avant qu'elle tombe.

 

Notre avis,

Mr Maxwell Sim a une vie très privée, très privée de tout. Sans amour, sa femme l'a quitté emmenant leur fille dans une région éloignée; sans boulot, le sien l'ennuie; sans aucune illusion, il est en arrêt de maladie et en pleine déprime; sans famille, sa mère est morte et son père est très loin en Australie.

Tout ne va pas bien pour lui, il est seul. Il est presque sauvé par un presque ami qui lui propose une grande virée en Ecosse pour y faire la promotion d'une brosse à dent révolutionnaire... Il entame ainsi un grand périple, mais à la manière de Donald Crowhuist, navigateur escroc d'une aventure tragi-comique qui s'inventa un grand tour du monde imaginaire, victime au départ d'une avarie , il ne pouvait plus faire demi tour ni avancer, alors il a simulé, inventé. La vie n'est elle qu'une illusion ?

Jonathan Coe nous entraine dans les méandres de nos propres vies, envahies de choses très inutiles, il égratigne la société de consommation, la technologie omniprésente, la spéculation boursière.

Mr Sim est un personnage très attachant, très complexe qui lutte tant bien que mal contre la solitude, mais il y a Emma .....le GPS.

A ne pas manquer .

0 commentaires

Dernière nuit à Twisted River - John Irving - Seuil

Présentation de l'éditeur,

Au nord du Nord, au pays des bûcherons et des flotteurs de bois -les draveurs -, il était une fois un petit cuisinier boiteux et son fils de douze ans, gamin impressionnable à l'imagination peuplée d'ours indiscrets. Ils avaient pour garde du corps Ketchum, l'ogre anarchiste, ivrogne, rusé, noiseur, faux illettré à l'intelligence incisive.

A l'image de la Twisted River torrentielle, ce récit d'une vengeance impitoyable bourlingue son lecteur d'ethnies en états sur trois générations, rencontre explosive entre l'Orient et l'Occident, comédie de mœurs culinaires, tragédie des portes mal fermées entre la splendeur d'une nature meurtrière et la quiétude imprudente du foyer.

Un chien héroïque, une Mustang bleue fantôme, une ange atterrie dans la fange : le chef Irving nous réserve toutes les surprises de son art consommé dans un roman qui se dévore et se déguste jusqu'à la dernière page. Bombe glacée pour tout le monde au dessert !

 

L'auteur,

John Irving est né en 1942 et a grandi à Exeter (New Hampshire).

La publication de son quatrième roman, Le Monde selon Garp, lui a assuré la renommée et la reconnaissance internationales. Depuis, l'auteur accumule les succès auprès du public et de la critique. Dernière nuit à Twisted River est son douzième roman. Marié et père de trois garçons, John Irving partage son temps entre le Vermont et le Canada.

 

Notre avis,

Un vrai bonheur !

Tout commence au pays des bûcherons et notre imagination se laisse immédiatement emporté vers ces lieux où devaient régner cette odeur boisée, cette rivière forcément dangereuse, ces baggares les soirs de beuverie , ces ours et surtout ces amitiés que rien ne pouvaient détruire.

C'est là que nous rencontrons ce petit cuisinier boiteux et son fils qui nous entraine alors dans leur vie ...... Amour, amitiés, vengeance, humour, John Irving raconte là trois générations d'une famille et en fait un très très beau livre.

 

0 commentaires

Du train où vont les choses à la fin d'un long hiver - Francis Dannemark - Robert Laffont

Présentation,

En pleine crise de lassitude au coeur de la crise économique, Christopher, opérateur culturel belge de cinquante ans au bord de la faillite, souhaite ralentir et se recentrer sur des valeurs plus justes.

Parce que « la vie rappelle de temps en temps que le monde est tout petit », il décide de s’arrêter et de partir. Ce sera pour le Portugal, en train. Alors que le ciel additionne les nuages, Christopher croise sur le quai de la gare une inconnue, Emma, qu’il va découvrir le temps d’un voyage entre Bruxelles et Lisbonne, au cours d’une longue et belle conversation, à la fois tendre, émouvante, et toujours sincère.

Francis Dannemark, avec toute la délicatesse et l’élégance qui le caractérisent, nous offre comme à son habitude un court roman, subtil et délicat, sur les choses de la vie.

 

L'auteur,

Francis Dannemark est né en 1955.

Depuis 1977, il a publié près de trente livres, principalement chez Robert Laffont et au Castor Astral une douzaine de romans (Choses qu'on dit la nuit entre deux villes. Qu'il pleuve. Mémoires d'un ange maladroit. La Longue Promenade avec un cheval mort. Le Grand Jardin). ainsi que des recueils de poèmes et des textes courts.

 

Notre avis,

L'art de passer 17 heures dans un train pour rejoindre Lisbonne, c'est ce long périple que nous fait vivre l'auteur en compagnie de deux personnages qui laissent le temps au temps pour se découvrir, se laisser aller à des confidences et réfléchir sur leurs déstinés.

Un récit court  qui remet les vies sur les bons rails.

0 commentaires

Comment gagner sa vie honnêtement - Jean Rouaud - Gallimard

Présentation,

Comment gagner sa vie honnêtement est un texte autobiographique, qui inaugure un cycle intitulé : « La vie poétique-une histoire de France ».

Le projet ambitieux de Jean Rouaud est de restituer la vie de la société française de la deuxième moitié du XXe siècle à travers son itinéraire personnel, mêlant les faits réels, les anecdotes vécues, et les émotions poétiques, littéraires, esthétiques qui ont jalonné ce parcours. Il nous livre ainsi une peinture d’époque, minutieuse et colorée : la jeunesse dans l’Ouest pluvieux, les petits boulots, les modes vestimentaires, la contestation et les communautés, l’auto-stop, le refus du salariat (voir le titre, tiré d’une citation de Thoreau) et de la vie bourgeoise, les expériences amoureuses (compliquées pour un fils des provinces catholiques), la vie étriquée des désargentés dans une mansarde avec « la compagne des jours tristes », l’attrait de l’Extrême-Orient, le basculement du monde d’une civilisation rurale vers une urbanité déréglée, tout cela éclairé par la rencontre, à cinquante ans, de « la fiancée juive » dont l’amour fournit une clé aux errances passées.

Chateaubriand, Thoreau, Rimbaud, Kerouac, Cassavetes accompagnent ce récit charmant et sensible, dont le fil se déroule au gré des souvenirs, dans un désordre savamment orchestré. On se laisse ainsi porter par une voix intelligente et mélancolique, à travers les méandres d’un récit qui parvient à marier de façon très convaincante l’intime et le collectif.

 

L'auteur,

Sa maîtrise de lettres en poche, Jean Rouaud exerce divers petits métiers comme pompiste, vendeur d'encyclopédies médicales... En 1978, il entre à 'Presse Océan' et rédige bientôt des papiers pour la 'une' du journal. Il monte ensuite à Paris ; il travaille tantôt dans une librairie, tantôt comme vendeur de journaux dans un kiosque. En 1990, il fait paraître son premier roman, 'Les champs d'honneur', un coup de maître puisqu'il obtient aussitôt le prix Goncourt. Marqué par la mort de son père au lendemain de Noël alors qu'il avait onze ans, puis par celle de sa mère en 1997, avant même qu'elle ait pu lire les lignes qu'il lui avait consacrées dans ses derniers romans, Jean Rouaud ressuscite au fil de ses oeuvres cette famille décimée, à l'aide de mots simples et de clins d'oeil emplis de malice et de tendresse.

 

Notre avis,

Premier volet de La vie poétique où Jean Rouaud revient sur les récits de sa jeunesse étudiante et raconte avec humour et ironie ses vacances au sein d'une joyeuse communauté post "saoixante huitarde" et sur sa vie de bohème à Paris.

Grand privilège de "l'autobiographie", l'auteur peut se contredire, se corriger et peut être même se réinventer.

On retrouve dans ce récit tout ce qu'on aime chez Jean Rouaud !

0 commentaires

L'hypnotiseur - Lars Kepler - Actes Sud

Présentation de l'éditeur,

Erik Maria Bark, un psychiatre spécialisé dans le traitement des chocs et traumas aigus, a longtemps été l'un des rares véritables experts de l'hypnose médicale.

Jusqu'au jour où une séance d'hypnose profonde a mal, très mal tourné. Sa vie a frôlé l'abîme et, depuis, il a promis de ne plus jamais hypnotiser. Dix années durant, il a tenu cette promesse. Jusqu'à cette nuit où l'inspecteur Joona Linna le réveille. Il a besoin de son aide. Josef, un adolescent, vient d'assister au massacre de sa famille. Sa mère et sa petite soeur ont été poignardées, mutilées et dépecées sous ses yeux.

Le corps lardé de centaines de coups de couteau, Josef vient d'être hospitalisé, inconscient et en état de choc. Mais il est le seul témoin du carnage et Joona Linna, pris dans une course contre la montre, veut l'interroger sans tarder. Car tout indique que l'assassin est maintenant aux trousses de la soeur aînée de Josef, mystérieusement disparue. Et pour lui, il n'y a qu'une façon d'obtenir un quelconque indice de l'identité du meurtrier : hypnotiser Josef.

Tandis qu'il traverse un Stockholm plus sombre et glacial que jamais, Erik sait déjà que, malgré toutes ses protestations, il brisera sa promesse pour tenter de sauver une vie. Ce qu'il ne sait pas, c'est que la vérité que porte Josef va changer sa vie. Que son fils est sur le point d'être enlevé. Et qu'en réalité, c'est pour lui que le compte à rebours vient de commencer. Intrigue implacable, rythme effréné, richesse et complexité des personnages, écriture au cordeau, tout concourt à faire de L 'Hypnotiseur un thriller unique.

La première enquête de l'inspecteur Joona Linna fait date.

 

L'auteur,

Lars Kepler est le pseudonyme du couple d'écrivains Alexander et Alexandra Ahndoril.

Mariés dans la vie, ils ont écrit plusieurs romans chacun. Best-seller en Suède, en cours de traduction dans plus de trente pays, L'Hypnotiseur est leur premier roman à quatre mains. Une seconde enquête de l'inspecteur Joona Linna, parue en Suède au début de l'été 2010, a pris directement la tête des ventes.

 

Notre avis,

Si tout commence par une scène de crime, ce roman est loin de l'enquête traditionnelle qui nous ménerait au tueur. A partir de cette famille assassinée, tout s'enchaine pour nous entrainer dans le monde de l'hypnose . Un monde où tout est il rationnel et contrôlable ?

Un thriller atypique !

0 commentaires

Naissance d'un pont - Maylis de Kerangal - Verticales

Présentation de l'éditeur,

"A l'aube du second jour, quand soudain les buildings de Coca montent, perpendiculaires à la surface du fleuve, c'est un autre homme qui sort des bois, c'est un homme hors de lui, c'est un meurtrier en puissance.

Le soleil se lève, il ricoche contre les façades de verre et d'acier, irise les nappes d'hydrocarbures moirées arc-en-ciel qui auréolent les eaux, et les plaques de métal taillées en triangle qui festonnent le bordé de la pirogue, rutilant dans la lumière, dessinent une mâchoire ouverte." Ce livre part d'une ambition à la fois simple et folle : raconter la construction d'un pont suspendu quelque part dans une Californie imaginaire à partir des destins croisés d'une dizaine d'hommes et femmes, tous employés du gigantesque chantier.

Un roman-fleuve, "à l'américaine", qui brasse des sensations et des rêves, des paysages et des machines, des plans de carrière et des classes sociales, des corps de métiers et des corps tout court.

 

L'auteur,

Maylis de Kerangal est l'auteur de trois romans aux Editions Verticales, notamment Corniche Kennedy (2008), et d'un recueil de nouvelles, Ni fleurs ni couronnes ("Minimales", 2006).

 

Notre avis,

"Naissance d'un pont", c'est avant tout une belle parabolle sur les liens qui relient les gens au sein d'une même société : l'amour, l'amitié, la violence ....

L'auteur met en scènes des personnages dont chacun se positionne avec leur forte personnalité et qui, malgré les difficultés savent garder leur optimisme et traversent le pont vers leur avenir.

Ce roman est tès interessant par la qualité des personnages que l'auteur a su créer.

 

 

1 commentaires

L'homme inquiet - henning Mankell - Seuil Policiers

Présentation de l'éditeur,

Grand-père d’une petite Klara, Wallander a réalisé ses rêves : vivre à la campagne avec son chien.

Après avoir évoqué avec le commissaire la guerre froide et une affaire de sous-marins russes dans les eaux territoriales suédoises, le beau-père de sa fille Linda, ancien officier de marine, disparaît, puis c’est le tour de la belle-mère. Soupçons d’espionnage. Au profit de la Russie ? Des États-Unis ? Parallèlement à la police de Stockholm et aux services secrets, Wallander mène sa dernière enquête. C’est alors qu’il amorce sa propre plongée en profondeur : les années écoulées et les femmes de sa vie défilent. Et la petite Klara devient son ultime balise.

Au-delà de l’intrigue, la force et la beauté du roman résident dans le portrait riche et bouleversant de celui qui se dévoile ici sous la plume de son créateur, Henning Mankell.

 

L'auteur,

Né en 1948, Henning Mankell partage sa vie entre la Suède et le Mozambique. Célèbre pour ses policiers, il est aussi l'auteur de pièces de théâtre, d’ouvrages pour la jeunesse et de romans. Dernier titre paru : Les Chaussures italiennes (Seuil, 2009).

 

Notre avis,

Sur fond d'intrigue issue de la guerre froide, Henning Mankell nous entraine à la rencontre d'individus dont la vie ne peut se dévoiler que petit à petit tant leurs secrets sont ancrés au fond d'eux mêmes.

Mais au delà de l'histoire de cet ancien officier de marine et de sa femme, n'est ce pas le commissaire Wallander lui-même qui nous dévoile ses secrets et ses angoisses face à la solitude et au temps qui passe ?

0 commentaires

Rosa Candida - Audur Ava Olafsottir - Z

Présentation de l'éditeur,

Le jeune Arnljótur va quitter la maison, son frère jumeau autiste, son vieux père octogénaire, et les paysages crépusculaires de laves couvertes de lichens. Sa mère a eu un accident de voiture. Mourante dans le tas de ferraille, elle a trouvé la force de téléphoner aux siens et de donner quelques tranquilles recommandations à son fils qui aura écouté sans s’en rendre compte les dernières paroles d’une mère adorée. Un lien les unissait : le jardin et la serre où elle cultivait une variété rare de Rosa candida à huit pétales. C’est là qu’Arnljótur aura aimé Anna, une amie d’un ami, un petit bout de nuit, et l’aura mise innocemment enceinte.

En route pour une ancienne roseraie du continent, avec dans ses bagages deux ou trois boutures de Rosa candida, Arnljótur part sans le savoir à la rencontre d’Anna et de sa petite fille, là-bas, dans un autre éden, oublié du monde et gardé par un moine cinéphile.

 

L'auteur,

Audur Ava Ólafsdóttir est née en 1958.

Elle a fait des études d'histoire de l'art à Paris et est actuellement maître-assistante d'histoire de l'art à l'Université d'Islande. Directrice du Musée de l'Université d'Islande, elle est très active dans la promotion de l'art. A ce titre, elle a donné de nombreuses conférences et organisé plusieurs expositions d'artistes. Rosa candida, traduit pour la première fois en français, est son troisième roman après Upphækkuð jörð (Terre relevée) en 1998, et Rigning í nóvember (Pluie de novembre) en 2004, qui a été couronné par le Prix de Littérature de la Ville de Reykjavík.

Rosa candida, publié aux éditions Salka en 2007 et réédité en livre de poche l'année suivante, a reçu deux prix littéraires : le Prix culturel DV de littérature 2008 et le Prix littéraire des femmes (Fjöruverðlaun). Le roman a été traduit de l'islandais en anglais, danois et allemand.

Les droits cinématographiques ont été acquis par un producteur européen.

Audur Ava Ólafsdóttir vit à Reykjavík avec ses deux filles.

 

Notre avis,

Un très beau livre, un joli voyage initiatique qui mène le héros, de son île volcanique vers des contrées plus clémentes pour retrouver le merveilleux jardin des roses célèstes d'un monastère oublié.

Voyage vers une vie nouvelle, une voie tracée de rencontres avec des  personnages aussi insolites qu'inattendus.

On se laisse porter par ce récit simple, peu banal, par ce héros lucide et positif qui se découvre en même temps qu'il ouvre les yeux sur le monde qui l'entoure.

 

"La beauté est dans l'âme de celui qui regarde" - Frère Thomas

 

Un beau moment de lecture !

 

 

 

1 commentaires

Les jeux de la nuit - Jim Harrison - Flammarion

Dans la veine de ses plus grandes nouvelles, Jim Harrison tisse trois destins solitaires, trois personnages tragiques en quête de rédemption qui évoluent dans l'Amérique idéale de l'écrivain, aux habitants aussi rudes que les saisons du Montana.

On découvre Sarah, une adolescente qui cherche à assouvir un désir de vengeance irrépressible après l'agression dont elle a été victime à l'âge de quinze ans. On retrouve avec délectation Chien Brun, à la recherche de l'âme soeur. Et enfin un loup-garou en proie à de terribles accès de violence les soirs de pleine lune. Les Jeux de la nuit, recueil de nouvelles le plus ambitieux et le plus saisissant de Jim Harrison depuis Légendes d'automne, dépeint de manière inoubliable trois vies américaines hors du commun.

Avec humour, émotion et une profonde humanité, Harrison justifie une fois de plus son statut de maître de la littérature américaine. " S'il y a une chose que Harrison sait faire, c'est partager avec ses personnages son amour de la sensualité et les faire évoluer dans un monde naturel idéal. " The New York Times Book Review

 

L'auteur,

Jim Harrison est né en 1937 à Grayling, Michigan.

Il a publié près de trente livres parmi lesquels Légendes d'automne, Dalva, La Route du retour ou De Marquette à Veracruz, traduits dans vingt-cinq langues, qui l'ont imposé comme un des plus grands auteurs américains de notre temps.

 

Notre avis

Jim Harrison nous revient cette année avec un recueil de trois nouvelles :

Trois personnages, trois moteurs. La vengeance, pour la première, bien décidée à faire payer le prix fort à l'ivrogne ayant abusé d'elle alors qu'elle se décidait enfin, à 15 ans, à s'ouvrir à l'amitié et aux activités humaines. La quête de l'âme-soeur, pour le second, impayable Chien Brun, personnage récurrent à la libido gonflée à bloc. Une malédiction qui le dépasse, en ce qui concerne le troisième personnage.

Trois nouvelles passionnantes tant par leurs personnages que par l'environnement dans lesquels ils vivent, avec un moment fort de lecture pour le premier texte.

 

0 commentaires

Suites Impériales - Bret Easton - Robert Laffont

Au milieu d’une nuit de cauchemar, deux mots apparaissent sur le miroir d’une salle de bain : « Disparaître ici. » Vingt-cinq ans plus tôt, ces mêmes mots se déployaient sur un panneau publicitaire de Sunset Boulevard.

Un matin, des étudiants découvrent près d’une poubelle ce qu’ils imaginent être un drapeau américain trempé de sang. C’est en fait un cadavre.

À la fin d’un week-end de drogues et d’orgie à Palm Springs, une fille, sans doute la doublure de Rain, contemple une montagne au-delà de la plaine désertique et murmure : « C’est le lieu du passage. » Elle ajoute en pointant le doigt : « C’est ici que vit le diable. »

C’est dans une Los Angeles évanescente, peuplée de fantômes et d’hallucinations, que Clay, le protagoniste de Moins que zéro, revient passer les vacances de Noël. Un quart de siècle s’est écoulé et la chirurgie esthétique a rendu la plupart de ses anciens amis méconnaissables. Le cinéma, qui l’emploie comme scénariste, paraît une copie de plus en plus délavée de la réalité et la réalité elle-même, un mauvais film dans lequel chaque personne rencontrée compte sur lui pour obtenir un rôle. Clay pense qu’une fille, une seule, Rain Turner, a peut-être ses chances.

 

L'auteur,

Bret Easton Ellis est né à Los Angeles en 1964. Dès la publication de son premier livre Moins que zéro, en 1985 (Christian Bourgois, 1987), il a connu un succès foudroyant et s’est imposé comme l’un des écrivains majeurs de sa génération.

Suivront Les Lois de l’attraction, American Psycho, Zombies, Glamorama et Lunar Park. Traduite dans le monde entier, adaptée au cinéma, son œuvre est l’une des plus significatives de la littérature contemporaine

 

 

 

Aux Etats-Unis, « Suite(s) impériale(s) » a été mal reçu par une critique qui, depuis son premier roman, l'adore ou l'abhorre sans demi-mesure. Lui s'en fiche un peu. Il a écrit son septième livre dans l'une des phases les plus noires de sa vie. Pour lui-même. Pour exorciser ses démons. A prendre ou à laisser.

Philippe Boulet-Gercourt - Nouvel Obs

 

0 commentaires

Prodigieuses créatures - Tracy Chevalier - Quai Voltaire

L'avis des éditeurs,

À mes yeux, ils ne ressemblaient pas à des serpents, ni à aucun animal que je connaissais. Avançant sur le rocher plat, je progressai avec précaution pour éviter de marcher sur les créatures, même si, de toute évidence, elles avaient péri depuis belle lurette, et n’étaient non plus tant des corps matériels que des esquisses dans la pierre. Il était difficile de les imaginer sous une forme vivante. Elles avaient un aspect permanent, comme si elles avaient toujours été incrustées dans la roche. Si nous habitons ici, me dis-je, je pourrai venir admirer ces créatures quand bon me semblera. Et rechercher sur la plage de plus petites pierres-serpents, ainsi que d’autres fossiles. Ce n’était pas si mal. Pour moi, c’était suffisant. » Lorsqu’elle s’installe à Lyme Regis, Elizabeth Philpot fait de la chasse aux fossiles son principal centre d’intérêt. Sur le terrain, elle rencontre Mary Anning, une jeune fille issue d’un milieu modeste qui partage la même passion. Malgré leur rivalité d’archéologues amateurs, de solides liens vont se nouer. Ils seront utiles à Mary pour résister à une communauté scientifique exclusivement composée d’hommes. Sous la patine des jours sans histoire, Tracy Chevalier voit plus loin que ses personnages et dévoile une autre vie, plus forte, plus insinuante. Son remarquable talent de conteuse, son art du pittoresque et de l’anecdote, font de ces Prodigieuses créatures l’un des ouvrages les plus plaisants de ce premier semestre 2010.

 

L'auteur,

Née en 1962 à Washington DC, Tracy Chevalier vit à Londres depuis 1984. Outre La Jeune Fille à la perle, La Table ronde a publié, dans sa collection « Quai Voltaire », Le Récital des anges (2002), La Dame à la licorne (2003), La Vierge en bleu (2004) et L’Innocence (2007).

 

Notre avis,

Avec comme point de départ la paléontologie, l'auteur nous entraine dans le sud de l'Angleterre et nous fait partager les difficultés des femmes de la petite bourgeoisie anglaise du XIXème siècle.

Basé sur un fait historique, une tès belle histoire dans la plus pure tradition de la littérature anglaise. 

2 commentaires

La carte et le territoire - Michel Houellebecq - Flammarion

Présentation de l'éditeur,

Si Jed Martin, le personnage principal de ce roman, devait vous en raconter l’histoire, il commencerait peut-être par vous parler d’une panne de chauffe-eau, un certain 15 décembre.

Ou de son père, architecte connu et engagé, avec qui il passe seul de nombreux réveillons de Noël. Il évoquerait certainement Olga, une très jolie Russe rencontrée au début de sa carrière, lors d’une première exposition de son travail photographique à partir de cartes routières Michelin. C’était avant que le succès mondial n’arrive avec la série des « métiers », ces portraits de personnalités de tous milieux (dont l’écrivain Michel Houellebecq), saisis dans l’exercice de leur profession.

Il devrait dire aussi comment il aida le commissaire Jasselin à élucider une atroce affaire criminelle, dont la terrifiante mise en scène marqua durablement les équipes de police. Sur la fin de sa vie il accèdera à une certaine sérénité, et n’émettra plus que des murmures. L’art, l’argent, l’amour, le rapport au père, la mort, le travail, la France devenue un paradis touristique sont quelques-uns des thèmes de ce roman, résolument classique et ouvertement moderne.

 

L'auteur,

Figure controversée mais néanmoins très renommée de la littérature contemporaine française, Michel Houellebecq se fait connaître avec des oeuvres provocantes telles que 'Extension du domaine de la lutte' ou 'Plateforme'. Confié à l'âge de 6 ans à sa grand-mère paternelle, Michel Houellebecq est élevé loin des siens, son père guide de haute montagne et sa mère anesthésiste se désintéressant de lui. D'ailleurs, cette période de sa vie et cette solitude seront exprimées avec force dans ses romans. Après des études supérieures en agronomie, il obtient son diplôme d'ingénieur mais n'exerce pas de suite et 'profite' d'une période de chômage pour se tourner à l'âge de 20 ans vers la création littéraire. Une rencontre décisive bouleverse son parcours : Michel Bulteau, directeur de la Nouvelle Revue de Paris, lui propose de participer à la collection des 'Infréquentables' qu'il a créée aux éditions du Rocher. Michel Houellebecq publie en 1991 la biographie de Howard P. Lovecraft, 'Contre le monde, contre la vie', et collabore à de nombreuses revues dont Les Inrockuptibles. Il devient secrétaire administratif à l'Assemblée nationale et signe 'Rester vivant', puis son premier recueil de poèmes 'La Poursuite du bonheur', récompensé par le prix Tristan Tzara. Quelques années plus tard, il reçoit le prix Novembre pour 'Les Particules élémentaires'. Ses oeuvres multiples traitent avec un accent toujours polémique de thèmes comme la solitude, le détachement du monde, l'absurdité de la vie professionnelle ou la misère sexuelle (source Evene)

 

Notre avis,

La description du monde artistique par Michel Houellebecq et la mise en scène de son propre personnage et quelques autres people peut laisser interrogatif ...

Le  style qui défintit le nouveau roman contemporain reste très hermétique.

Le seule originalité de cet ouvrage reste la vision imaginative  que l'on peut se faire sur le travail réalisé par le héros à partir des cartes routières.....

1 commentaires

Parle-leur de batailles, de rois et d'éléphants - Mathias Enard - Actes Sud

En débarquant à Constantinople le 13 mai 1506, Michel-Ange sait qu'il brave la puissance et la colère de Jules II, pape guerrier et mauvais payeur, dont il a laissé en chantier l'édification du tombeau, à Rome.

Mais comment ne pas répondre à l'invitation du sultan Bajazet qui lui propose - après avoir refusé les plans de Léonard de Vinci - de concevoir un pont sur la Corne d'Or ? Ainsi commence ce roman, tout en frôlements historiques, qui s'empare d'un fait exact pour déployer les mystères de ce voyage. Troublant comme la rencontre de l'homme de la Renaissance avec les beautés du monde ottoman, précis et ciselé comme une pièce d'orfèvrerie, ce portrait de l'artiste au travail est aussi une fascinante réflexion sur l'acte de créer et sur le symbole d'un geste inachevé vers l'autre rive de la civilisation.

Car à travers la chronique de ces quelques semaines oubliées de l'Histoire, Mathias Enard esquisse une géographie politique dont les hésitations sont toujours aussi sensibles cinq siècles plus tard.

 

L'auteur,

Né en 1972, Mathias Enard a étudié le persan et l'arabe et fait de longs séjours au Moyen-Orient.

Il vit à Barcelone. Il a publié trois romans chez Actes Sud : La Perfection du tir (2003, Prix des cinq continents de la francophonie ; Babel n° 903), Remonter l'Orénoque (2005) et Zone (2008 ; Babel n° 1020), salué par le prix décembre 2008 et le prix du Livre Inter 2009.

 

Notre avis,

En une succession de chapitres courts et très vivants, l'auteur nous entraine du côté de Constantinople où tout se joue en double : deux civilisations, deux puissants qui dirigent leur Empire suivant leur volonté, deux rives qu'il faut relier et surtout deux personnages dont Michel Ange dont nous trouvons là des aspects méconnus.

Un beau livre aux couleurs et senteurs de l'Orient !

0 commentaires

L'insomnie des étoiles - Marc Dugain - Gallimard

Automne 1945, loin du Berlin occupé par les Alliés, une compagnie de militaires français dirigée par le capitaine Louyre investit le sud du pays. Sur le chemin menant à leur ville de destination une ferme isolée attire leur attention. Les soldats y font une double découverte : une adolescente hirsute qui vit là seule, comme une sauvage, et le corps calciné d'un homme. Incapable de fournir une explication sur les raisons de son abandon et la présence de ce cadavre, la jeune fille est mise aux arrêts. Contre l'avis de sa hiérarchie, le capitaine Louyre va s'acharner à connaître la vérité sur cette affaire, mineure au regard des désastres de la guerre, car il pressent qu'elle lui révélera un secret autrement plus capital.

 

L'auteur,

Après avoir vécu les sept premières années de sa vie au Sénégal, Marc Dugain revient en France avec ses parents. Il intègre quelque temps plus tard l'Institut d'études politiques de Grenoble, où il étudie les sciences politiques et la finance, avant de prendre la tête d'une compagnie d'aviation. Mais l'écriture l'a toujours démangé. Aussi, il se décide à prendre la plume, et signe 'La Chambre des officiers' en 1998. Ce premier roman reçoit près de vingt prix littéraires et est adapté au cinéma. Il sort ensuite 'Campagne anglaise', 'Heureux comme dieu en France', 'La Malédiction d'Edgar' et plus récemment 'Une exécution ordinaire' (2007), et se constitue peu à peu un lectorat fidèle. Friand d'horizons lointains, Marc Dugain vit au Maroc depuis 2001.

 

Notre avis,

Marc Dugain nous entraine à la fin de la dernière guerre chez des vaincus qui ont la particularité d'être des gens ordinaires mais terrifiants lorsqu'il s'agit de nous expliquer les actes commis lors de tout conflit. L'entrainement et la justification collective va toujours au delà de ce que l'individu peut supporter.

Malgré un sujet quelque peu compliqué, Marc Dugain nous propose un récit agréable à la lecture.

 

0 commentaires

Ouragan - Laurent Gaudé - Actes Sud

A La Nouvelle-Orléans, alors qu'une terrible tempête est annoncée, la plupart des habitants fuient la ville.

Ceux qui n'ont pu partir devront subir la fureur du ciel. Rendue à sa violence primordiale, la nature se déchaîne et confronte chacun à sa vérité intime : que reste-t-il en effet d'un homme au milieu du chaos, quand tout repère social ou moral s'est dissous dans la peur ? Seul dans sa voiture, Keanu fonce vers les quartiers dévastés, au coeur de la tourmente, en quête de Rose, qu'il a laissée derrière lui six ans plus tôt et qu'il doit retrouver pour, peut-être, donner un sens à son existence...

Dans un saisissant décor d'apocalypse, Laurent Gaudé met en scène une dizaine de personnages qui se croisent ou se rencontrent. Leurs voix montent collectivement en un ample choral qui résonne comme le cri de la ville abandonnée à son sort. Roman ambitieux à l'écriture empathique et incantatoire, Ouragan mêle la gravité de la tragédie à la douceur bienfaisante de la fable pour exalter la fidélité, la fraternité, et l'émouvante beauté de ceux qui restent debout.

 

L'auteur,

Romancier et dramaturge né en 1972, Laurent Gaudé publie son œuvre, traduite dans le monde entier, chez Actes Sud. Il est notamment l’auteur de Cris (2001), La Mort du roi Tsongor (2002, prix Goncourt des lycéens 2002, prix des Libraires 2003 ), Le Soleil des Scorta (2004, prix Goncourt 2004, prix Jean-Giono 2004) , Eldorado (2006 ), Dans la nuit Mozambique (2007 ), La Porte des Enfers (2008)

 

Notre avis,

Nous sommes à la Nouvelle-Orléans. Tous les habitants attendent Katrina la terrible tempête qui va être dévastatrice mais ne sera jamais nommée dans ce livre.

Il y a Joséphine fidèle à son mari, mort par lynchage au début de leur mariage, qui continue de porter avec fierté le poids de sa race. Il y a Keanu Burns, qui a fuit les plates-formes pétrolifères et mortifères qui le rendaient fou pour mieux revenir vers une femme abandonnée. Il y a Rose, la délaissée et son petit garçon qui survivent dans un morne quotidien. Il y a une bande de prisonniers oubliés qui chercheront à sauver leur peau. Il y a un révérend, aveuglé par sa foi et prêt à la prouver par n'importe quel moyen.

Et puis, il y a Elle. La tempête. Les éléments qui se déchainent et brisent tout sur leur passage, l'eau qui envahit tout, les secours qui n'arrivent pas et la folie qui saisit les hommes.

Tour à tour, tous ces personnages nous plongent dans leur intimité et nous autorisent à percer  leur vie et leur destin dans ce cataclysme.

 

Ce récit  laisse également apparaitre les inégalités qui surviennent lors de toute catastrophe !

 

Un vrai beau récit très émouvant où comme dans "La porte des enfers" Laurent Gaudé confronte ses personnages à leur fin de vie !

0 commentaires

Hiver - Mons Kellentoft - Le Serpent à plumes

Mardi 31 janvier, 7 h 22.

Il fait encore nuit à Ôstergôtland. Cet hiver est l'un des plus froids que l'on ait connus en Suède. Ce matin-là, Malin Fors et ses collègues de la criminelle découvrent un cadavre, nu et gelé, pendu à une branche d'arbre. Mais comment diable cet homme a-t-il atterri ici ? Meurtre ? Suicide ? Et d'où viennent ces étranges blessures qui recouvrent son corps ? D'indice en indice, de nouveaux personnages apparaissent : les trois frères d'une certaine Maria, suspectés de viol ; Joakim et Markus, deux adolescents pas très nets ; Valkyria et Rickard Skoglôf, deux marginaux adeptes de cultes vikings.

Les policiers sont perplexes..........

 

Pour la première fois en France, le public est invité à faire la connaissance de la célèbre Malin Fors, qui compte déjà des millions de fans en Scandinavie.

 

L'auteur,

Mons Kallentoft est né en 1968 en Suède.

Journalsite et auteur, il a déjà publié cinq romans qui ont reçu de nombreux prix. Vendu à 150 000 exemplaires en Suède et traduit en huit langues, Hiver a connu un succès retentissant dès sa parution.

 

Notre avis,

Décidément,  les pays nordiques regorgent d'auteurs de romans policiers avec à chaque fois une originalité sans faille.

Le récit est construit sur trois axes principaux. Malin (jeune femme commissaire), et sa vie qui se déploie comme un éventail : mère d’une fille unique qui la renvoie à sa propre adolescence ; femme (ex- ou amante occasionnelle d’un journaliste ambitieux) ; fille (relations difficiles avec des parents retraités exilés au soleil de Ténérife) et flic (elle travaille en tandem avec un autre policier, Zeke).

Il y a ensuite la vie dans cette terre suédoise, que nous découvrons à travers le regard des deux enquêteurs. Le fonctionnement de la société est analysé, décrit, jugé. Relations familiales, sexuelles, affectives, sociales, tout y passe...

Il y a enfin un parti-pris artistique et narratif qui consiste à faire parler le mort. Comme dans un récit à plusieurs voix.

Malgré tous ces défauts et ses longueurs, Hiver se lit assez bien. Le suspense est au rendez-vous, les personnages principaux attachants, ni super-héros ni losers déprimés et le cadre exotique, pour qui aime le froid.

 

0 commentaires

La vengeance du wombat, Et autres histoires du Bush - Kenneth Cook - Autrement

"Wombats sur ma gauche, wombats sur ma droite : tous piétinaient et grognaient.

Planté parmi eux au clair de lune, immense, le corps flasque et hardi, le filet dans une main, la seringue dans l'autre, j'attendais le wombat qui m'intéressait. [...] Avec l'aisance du geste entraîné, je lui lançai le filet sur le corps. Il le déchiqueta en moins de deux secondes. [...] Comment étais-je censé m'y prendre à partir de là? Je n'eus pas le temps de me décider. Le wombat s'approcha de moi en poussant un grognement meurtrier, avec la ferme intention d'anéantir tous les mythes sur le caractère inoffensif et herbivore des wombats."

 

Une rencontre dans un bar, quelques bières fraîches, un rien de faiblesse, et voilà Kenneth Cook, écrivain d'âge mûr "en léger surpoids", embarqué dans d'incroyables aventures où la faune humaine et animale du bush joue le premier rôle.

Kangourou suicidaire, koalas explosifs, wombats vindicatifs, reptiles dérangés, chercheurs d'opales amateurs de paris stupides, Aborigènes roublards : ils finissent toujours par contrarier son penchant naturel pour le confort. Heureusement, car Cook en tire une brassée d'histoires plus vraies que nature, racontées avec un art consommé du gag, dans toute leur improbable hilarité.

 

L'auteur,

Kenneth Cook (1929-1987), romancier, journaliste, fondateur d'une ferme de papillons, s'est rendu célèbre en publiant un chef-d'oeuvre de roman noir, Cinq matins de trop (Autrement, 2006).

Ses nouvelles lui ont offert trois best-sellers, dont Le Koala tueur (Autrement, 2009) et La Vengeance du wombat.

 

Notre avis,

Après avoir découvert le bush australien avec Arthur Upfield et son légendaire détective Napoléon ( à lire par tous les amateurs de policiers éthnologiques chez 10/18),  Kenneth Cook nous entraine dans ses périples qui le confrontent aux animaux souvent aussi hostiles que cette région désertique.

Plein d'humour, ce receuil de nouvelles est parfait pour les vacances !

0 commentaires

Le camp des morts - Craig Johnson - Gallmeister

Présentation du livre,

Lorsque Mari Baroja est empoisonnée à la maison de retraite de Durant, Wyoming, le shérif Walt Longmire se trouve embarqué dans une enquête qui le ramène cinquante ans en arrière. Il se plonge alors dans le passé mystérieux de cette femme et dans celui de son mentor, le shérif Lucian Connally à la poigne légendaire.

Tandis que l’histoire douloureuse de la victime trouve peu à peu une résonance dans le présent, d’autres meurtres se mettent sur le chemin des deux shérifs. Aidé par son ami de toujours, l’Indien Henri Standing Bear, son adjointe au langage fleuri et un nouveau venu séduisant, le shérif mélancolique et désabusé se lance à la poursuite de l’assassin à travers les Hautes Plaines enneigées.

Le Camp des morts, le second volet des aventures de Walt Longmire, nous emmène au cœur d’une violence qui se terre dans les paysages magnifiques du Wyoming. Et hisse Craig Johnson au niveau des plus grands.

 

L'auteur,

CRAIG JOHNSON a exercé des métiers aussi divers que policier, professeur d’université, cow-boy, charpentier et pêcheur professionnel. Il est l’auteur de la série Walt Longmire - qui compte six titres à ce jour - et possède un ranch sur les contreforts des Bighorn Mountains, dans le Wyoming.

 

Notre avis,

Une fois de plus, les éditions Gallmeister nous propose un texte entre polar et poésie. C'est un vrai plaisir de découvir ces grands espaces et ces personnages aux multiples facettes.

A lire pour découvrir un auteur bien dans le style "nature writing"

 

0 commentaires

Au-delà des pyramides - Douglas Kennedy - Belfond

Résumé,

Douglas Kennedy au pays des pharaons, ou comment un jeune écrivain encore inconnu débarque à Alexandrie il y a plus de vingt ans, quelques livres sterling et cinq carnets de voyage en poche, bien décidé à éviter les pyramides, la croisière sur le Nil et autres classiques du voyage en Orient.

D'Alexandrie à Assouan en auto-stop, de l'oasis de Siwa aux bidonvilles du Caire, une fascinante plongée dans l'envers du décor, où notre apprenti écrivain voyageur va multiplier les rencontres inhabituelles : à quinze mètres du sphinx, un vendeur de Toyota dont le coeur balance entre trois épouses, le prophète Mahomet et sa collection de Mercedes ; un inquiétant pilote de felouque au coeur brisé par une Française ; des Bédouins accroc à CNN ; des moines informaticiens en plein coeur du désert...

Autant de confrontations hilarantes, de scènes cocasses pour les errances d'un Américain en terre musulmane. Entre récit et mémoire, - une irrésistible chronique de voyage servie par l'oeil et la plume aiguisés du reporter, pour un futur classique, dans la lignée de Paul Theroux et Bruce Chatwin

 

L'auteur,

Douglas Kennedy est né à Manhattan le 1er janvier 1955. Il grandit dans l'Upper West Side, étudie à la Collegiate School (le plus vieux lycée de New York) et au Bowdoin College dans l'état du Maine, avant de partir un an au Trinity College de Dublin, en 1974. De retour à New York, il passe plusieurs mois à travailler sans succès comme régisseur dans des théâtres de seconde zone de Broadway. En mars 1977, entre deux productions, il décide de partir à Dublin pour rendre visite à des amis. Vingt-six ans plus tard, il habite toujours de ce côté-ci de l'Atlantique.

Quelques jours à peine après son arrivée à Dublin, il devient cofondateur d'une compagnie de théâtre. Dix-huit mois plus tard, il rejoint le National Theatre of Ireland en tant qu'administrateur de la branche expérimentale. Il y passe cinq années (1978-1983), pendant lesquelles il commence à écrire, la nuit. En 1980, il vend sa première pièce à la chaîne de radio britannique BBC Radio 4 qui lui en commandera deux autres.

En 1983, il démissionne de son poste au National Theatre of Ireland pour se consacrer exclusivement à l'écriture. Pour survivre, il devient journaliste free-lance, notamment pour l'Irish Times où il tient une rubrique de 1984 à 1986. En 1986, sa première pièce pour la scène est un échec désastreux, tant critique que public. Peu de temps après, l'Irish Times supprime sa rubrique.

En mars 1988, il déménage à Londres, au moment où son premier livre, un récit de voyage, est publié. Deux autres suivront. Ces trois livres reçoivent un très bon accueil critique. Parallèlement, sa carrière de journaliste free-lance connaît également un essor.

En 1994, sort son premier roman, Cul-de-sac , qui sera réédité par Belfond en 2008 dans une toute nouvelle traduction, sous le titre Piège nuptial. En 1997, il est porté à l'écran par Stephen Elliot, le réalisateur de Priscilla, folle du désert.

Son deuxième roman, L'homme qui voulait vivre sa vie (Belfond, 1998 ; Pocket, 1999), connaît un succès international. Son troisième roman, Les Désarrois de Ned Allen (Belfond 1999 ; Pocket 2000) est aussi un best seller et un succès critique, traduit en quatorze langues.

La Poursuite du bonheur (Belfond, 2001 ; Pocket, 2003) marque un changement radical. Après trois romans que l'on pourrait décrire comme des thrillers psychologiques, Douglas Kennedy opte pour une histoire d'amour tragique et augmente le nombre de ses lecteurs. La Poursuite du bonheur se retrouve en course pour le Prix des Lectrices de Elle.

Ont suivi Rien ne va plus (Belfond, 2002 ; Pocket, 2004), Prix littéraire du Festival du cinéma américain de Deauville 2003, Une relation dangereuse (Belfond, 2003 ; Pocket, 2005) qui confirme son succès critique et public, Au pays de Dieu (Belfond, 2004 ; Pocket, 2006), l'un de ses trois récits de voyage, Les Charmes discrets de la vie conjugale (Belfond, 2005 ; Pocket, 2007) et La Femme du Ve (Belfond, 2007 ; Pocket, 2008). .

Belfond

 

Notre Avis,

Une grande et belle surprise pour cet ouvrage de Douglas Kennedy.

C'est un véritable carnet de voyage qui nous est proposé avec la qualité d'écriture à laquelle nous a habitué l'auteur.

Au delà des lieux visités, c'est par toutes les rencontres qu'il y fait que Douglas Kennedy arrive à nous faire comprendre la vie des égyptiens et toute leur ambiguité.

Politique, religion, histoire, coutumes, rien n'échappe aux  dialogues qui sillonnent ce voyage.

0 commentaires

L'entreprise des Indes - Erik Orsenna - Stock / Fayard

Le mot de l'auteur,

« Le 13 août 1476, au large du Portugal, le bateau que commande Christophe Colomb fait naufrage.

Le futur amiral vient d’avoir vingt-cinq ans. Par miracle, il réussit à regagner la côte et trouve refuge à Lisbonne auprès de son frère cadet, Bartolomé. Lequel exerce la profession de cartographe.

Depuis le début de ce xve siècle, le monde s’ouvre. Et le Portugal est le moteur principal de cette ouverture. La Renaissance commence par des expéditions lointaines. Sous l’impulsion d’Henri le navigateur, des caravelles partent chaque mois pour aller explorer les côtes de l’Afrique. À Lisbonne, capitale du savoir, se retrouvent toutes les corporations de la découverte : mathématiciens savants du ciel, cosmographes, géographes, constructeurs de bateaux et des outils de navigation… cartographes.

Huit années durant, les deux frères vont travailler ensemble et préparer le voyage auquel Christophe songe depuis l’adolescence : c’est l’Entreprise des Indes, gagner Cipango (le Japon) et l’empire du Grand Khan (la Chine). Mais au lieu de la route habituelle, celle de la soie, vers l’est, on affrontera l’océan, plein ouest.

En 1484, leur projet sera rejeté par le Comité des Sages qui conseille le Roi Jean II. C’est la raison pour laquelle Christophe ira tenter sa chance auprès des monarques espagnols, Isabelle et Ferdinand.

Un maître cartographe, un rhinocéros, un fabricant de veuves, une maîtresse d’école pour les oiseaux, une bécassine, une prostituée réputée principalement pour la qualité de ses oreilles, Marco Polo, quelques Dominicains, des chiens dévoreurs d’Indiens, tels sont quelques-uns des personnages secondaires de ce récit.

J’ai voulu m’attacher à cette période peu connue de l’histoire de la curiosité humaine. Ce moment où naît une nouvelle liberté en même temps que se développe l’Inquisition et que les Juifs sont chassés. Ces années où se conçoit peu à peu l’unité de la planète, préalable à la première mondialisation, qui ne va plus tarder.

Pour ce faire, j’ai osé donner la parole au jeune frère, Bartolomé. C’est lui qui parle, c’est lui qui raconte : il est complice, et premier témoin de l’Entreprise depuis ses tout débuts. C’est aussi lui qui s’interroge : pourquoi, et comment, cette belle passion de la Découverte s’est-elle changée en génocide des Indiens ? À quoi sert de découvrir si l’on tue ce et ceux que l’on découvre ? »

Erik Orsenna

 

L'auteur,

Après des études de philosophie et de sciences politiques, Erik Arnoult, dit Orsenna, enseigne l'économie à l'Ecole normale supérieure. Il entame par la suite des activités administratives et devient conseiller ministériel puis conseiller culturel auprès du président François Mitterrand de 1981 à 1984, expérience relatée dans 'Grand amour' en 1993. En décembre 1985, il entre au Conseil d'Etat et exerce les fonctions de maître des requêtes. Parallèlement à ses activités, il est l'auteur de sept romans et obtient le prix Roger Nimier en 1978 pour 'La Vie comme Lausanne' ainsi que le prix Goncourt 1988 pour 'L' Exposition coloniale'. Il est élu à l'Académie française le 28 mai 1998. Il est aujourd'hui vice-président de la société Cytale, dédiée au livre électronique. En octobre 2003, il participe au 16e festival du Livre de Mouans-Sartoux dans les Alpes-Maritimes, pour la présentation de son ouvrage, 'Madame Bâ'. L'année suivante, il publie 'Les Chevaliers du subjonctif ', 'Portrait du Gulf Stream' en 2005 et 'Voyage au pays du coton' en 2006. En 2007, Erik Orsenna reçoit le prix du Livre d'économie pour 'Voyage au pays du coton' et publie 'La Révolte des accents', un roman sur la disparition des accents dans la langue française. Ecrivain prolifique, l'académicien signe l'année suivante 'La Chanson de Charles Quint', l'histoire de deux frères qui comparent leurs deux visions de l'amour. Avec une carrière longue et saluée, Erik Orsenna est sans conteste l'un des écrivains français les plus importants du XXe siècle.

(Source EVENE)

 

Notre avis,

Passionné des choses du monde et des océans, Erik Orsenna nous propose de vivre la découverte du nouveau monde à travers l'histoire de Christophe Colomb. mais à travers tous ses personnages et leur devenir, ce récit est beaucoup plus q'un roman d'aventure.

La prmière partie nous fait découvrir la cartographie et toute la philosophie qui entoure cette fonction puis au fil des pages, nous sommes confrontés à la dure réalité de cette époque.

Un récit qui démontre une fois de plus toute la facilité de certains hommes à détourner les grandes idées .....

 

0 commentaires

Déluge - Henri Bauchau - Actes Sud

 

Le point de vue des éditeurs,

C’est dans un petit port du Sud de la France, où elle s’est installée pour raisons de santé, que Florence fait la connaissance de Florian. Peintre vieillissant, instable, réputé fou et pyromane, il n’aime rien tant que brûler et voir se consumer ses propres dessins. Encouragée par la psychiatre qui le “suit” de loin, Florence accepte de se mettre à son service. Et bientôt se forme autour d’eux, et de l’atelier aménagé pour l’artiste, un petit cercle d’amitié…
Peindre le Déluge – et peut-être le livrer aux flammes –, tel est le grand oeuvre que projette désormais Florian. De jour en jour, de mois en mois, il entraîne ses compagnons dans la folle entreprise de ce tableau démesuré qui les requiert corps et âme, qui les épuise et pourtant les transcende. Car cette oeuvre est, comme notre monde, traversée par la violence des siècles, par le désastre et la splendeur d’une humanité toujours renaissante.
L’art et la folie, le rêve et le délire, la vulnérabilité et l’inépuisable nécessité de créer, tels sont quelques-uns des chemins qu’Henry Bauchau propose à notre réflexion, et qu’il illumine d’une écriture aussi profonde que d’une magnifique fluidité…

 

 L'auteur,

Né en 1913 en Belgique, Henry Bauchau est poète, dramaturge, romancier et psychanalyste. Son œuvre est aujourd'hui traduite dans toute l'Europe, aux Etats-Unis, en Chine et au Japon.

Il reçoit en 2002 le prix de l'Union latine et en 2005, le Grand Prix de la Société des Gens de Lettres pour l'ensemble de son œuvre

Henry Bauchau, psychanalyste, poète, dramaturge, essayiste, romancier, est l'auteur d'une des oeuvres les plus marquantes de notre temps. Il vit à Louveciennes.

 

Notre avis,

Le récit d'Henri Bauchaud est une sorte de fable, presque naïve, sur le désir de création, la transmission du savoir.

Une grande thérapie pour tous ses personnages, où l'art est un prétexte pour se surpasser, se rencontrer, se connaître, et du déluge renaîtra un autre monde.

L'auteur passe en revue des sujets qui lui sont familiers, la folie, la mythologie, l'histoire tragique des hommes.

Pour Bauchau, la création a toujours la force de transformer l'homme en quelqu'un de forcément meilleur.

"Tout n'est pas dehors, mais en toi".

21 commentaires

Quand souffle le vent du nord - Daniel Glattauer - Grasset

Présentation de l'éditeur
En voulant résilier un abonnement, Emma Rothner se trompe d adresse et envoie un mail à un inconnu, un certain Leo Leike. Ce dernier, poliment, lui signale son erreur ; Emma s excuse, et, peu à peu, un dialogue s engage entre eux, par mail uniquement. Au fil du temps, leur relation se tisse, s étoffe, et ces deux inconnus vont se mettre à éprouver l un pour l autre une certaine fascination. Alors même qu ils décident de ne rien révéler de leurs vies respectives, ils cherchent à deviner les secrets de l autre... De plus en plus attirés et dépendants, Emmi et Leo repoussent néanmoins le moment fatidique de la rencontre. Emmi est mariée, et Leo se remet à grand peine d un chagrin d amour. Un jour, pourtant enfin ! , ils décident de se donner rendez-vous dans un café bondé de la ville. Mais ils s imposent une règle : reconnaître l autre qu ils n ont pourtant jamais vu, avec interdiction formelle de lui parler...

 

L'auteur,

Daniel Glattauer, né à Vienne en 1960, écrit depuis 1989 des chroniques politiques et judiciaires pour le grand journal autrichien Der Standard, Quand souffle le vent du nord, son premier livre traduit en français, est son plus grand succès.

 

Notre avis,

Tout commence par un mail adressé par erreur.....

On commence par être intrigué sur ce que vont pouvoir se raconter deux inconnus puis les échanges donnent une envie furieuse de découvrir ces deux êtres à travers leur boite mail.

Des échanges subtils, profonds, parfois humouristiques.

Un livre très sympa à lire où l'envie de connaitre la fin commence tôt !

 

 

0 commentaires

Le Tailleur de pierre - Actes Sud - Camilla Läckberg

Décidément, Fjällbacka n’est pas une ville très touristique. Après Alexandra et Jenny c’est Sara, petit fille de 7 ans d’allure adorable qu’on retrouve en pleine mer près du petit port de Suède. Consternation face à cette trouvaille qui a tout l’air d’être une noyade, tristesse quand Sara n’est autre que la petite fille de Charlotte, amie depuis peu d’une Erica déboussolée et déprimée par l’arrivé de Maja, quelques minis kilos mais des litres de pleurs. Seulement quelques jours se passent en profond chagrin et Patrick découvre que Sara n’a non pas de l’eau de mer dans les poumons mais bien de l’eau douce agrémentée de savon et de cendre. Nous voila alors dans l’intrigue, dans l’enquête déshumanisante que Patrick et ses comparses vont devoir élucider.

 

Tout l’intérêt de l’énigme se trouve dans les secrets de famille, de couple et de voisinage. Tout l’intérêt encore réside dans les personnages si étranges et caractéristiques de l’univers de Camilla Läckberg. D’un coté, la famille de Charlotte n’a pas les mains propres. Niclas, père de Sara n’est pas qualifié comme un bon père ni comme un bon mari. Lillian, mère désastreuse et étouffante n’en a pas fini de se plaindre de tout ceux qui l’entoure. Stig, beau-père de Charlotte se meure lentement et à petit feu, oublié de tous mais souffrant de tout. De l’autre coté de la rue se trouve Kaj qui mène une lutte sans merci entre voisin avec Lillian en s’accusant de tout et de n’importe quoi, jusqu'à ce que Lillian pousse le bouchon trop loin en l’accusant d’avoir éliminé sa petite fille. Monica, épouse fatiguée de Kaj n’en peut plus de cette querelle et se réfugie dans le trop plein d’amour qu’elle porte à leur fils Morgan, souffrant de sentiments inexistants mais d’un QI trop développé. Tout le monde est coupable, tout le monde à quelque chose à se reprocher.
En arrière plan se trouve l’histoire d’Agnès, fille écœurante d’un riche suédois qui demande à une compagnie de tailleur de pierre d’élaborer une sculpture. Quand Agnès croise le regard d’Anders, ledit tailleur de pierre en 1923, tout est fini. Pendant 450 pages, tout se met en place et suit le cours d’une histoire vieille de plus de 80 ans en parallèle de celle de Sara.

C’est dur d’en dire suffisamment pour ne pas en dire trop. Chaque rebondissement est à sa juste place, chaque personnage est englouti dans son propre tourment, tourment qui ressurgit au moment ou la tension est au plus haut.

 

On attend le quatrième prochainement…


0 commentaires

Le Prédicateur - Actes Sud - Camille Läckberg

Deuxième tome de la trilogie de Lackberg, intitulé Le Prédicateur. Rappelez-vous, nous avions laissé Erika et Patrick, jeune couple épuisé d'avoir résolu l'assassinat d'Alexandra dans le premier tome.
6 mois plus tard, Erika est enceinte jusqu'à la racine des cheveux à une période qui ne fait pas bon vivre c'est-à-dire en pleine canicule. Alors qu'ils se portent tous les deux sur les nerfs, Patrick est appelé quand on découvre dans une grotte le cadavre d'une jeune femme. On l'appelle une deuxième fois quand deux autres cadavres sont retrouvés enterrés au même endroit que la jeune femme.
Découle alors toute une enquête qui touche une famille déchirée par des rancœurs vieille de quelques générations.

Toute la puissance de ce deuxième tome repose sur les trois premiers quart  laborieux. Entre les impasses qui se multipliaient, les crises de nerf d'Erika avec sa sœur et surtout la très nette persuasion qu'on sait déjà qui a tué qui, on en vient à bout. De plus, grosse frayeur quand on commence à faire plus attention à l'écriture et qu'on se dit que c'est totalement différent de ce qu'on a lu dans le premier tome. Suspicion, regard noir, Camilla n'écrirait donc plus ses livres ?
Et voilà que le dernier quart est absolument fabuleux. Tout s'enchaîne rapidement, tout s'articule, tout reprend sa place normale. Et voila que le lecteur se fait prendre au jeu et tombe avec douceur dans les pièges et les artifices pour un final convaincant.

Je vous conseille une nouvelle fois  de fermer votre Millénium et de vous jeter à corps perdu dans cette trilogie. 
Attention, c'est puissant…

0 commentaires

La princesse des glaces - Actes Sud - Camilla LÄCKBERG

Après le succès immédiat et fulgurant de Millénium chez Actes Sud, il était évident qu’ils allaient éditer en masse dans leur nouvelle collection de polar, Actes Noir. La Princesse des Glaces, sorti en mai 2008 n’a pas eu le même succès que Millénium mais il vaut quand même le détour.

Dans la petite ville de Fjällbacka, un petit port de pêche de la cote ouest en Suède, un vieil homme retrouve Alexandra Wijkner, jeune habitante a qui tout réussi, dans sa baignoire, glacée et les poignets tailladés. Tout laisse croire à un suicide mais peut de monde le croit. Car Alexandra était la femme parfaite. Mais seulement de l’extérieur.

Erica Falk, jeune écrivaine et ancienne meilleure amie d’Alexandra se retrouve vite dans l’affaire. Professionnellement d’abord, car elle est engagée par les parents d’Alexandra pour lui écrire sa nécrologie et enfin personnellement car Alexandra a changée de tout au tout à 12 ans en abandonnant Erica. Patrick Hedström amoureux transi de la belle écrivaine et inspecteur se retrouve chargé de l’affaire.

Ce qui est bien avec cette littérature suédoise, c’est que quand un suédois veut régler une affaire de meurtre, il règle quasiment les problèmes de tout le monde. C’est ce qui arrive dans Princesse des Glaces. Les habitants du petit port suédois ne sont pas ceux qu’ils voudraient bien laisser croire. Erica et Patrick vont décider de reprendre le projet d’Alexandra avant sa mort : celui de nettoyer un passé lourd et sombre.

Malgré tous les points positifs que l'on pourrait joindre à la trilogie de Stieg Larsson, La princesse des Glaces a quand même plus de pep's. Une bonne traduction de la part d'Actes Sud, un scénario palpitant et des personnages attachants. 

La différence avec l'auteur de Millénium maintenant c’est que Camilla est toujours bien vivante et qu’Actes Sud va prochainement publier le quatrième tome de la série. Une suite qui s’annonce bien haletante par ailleurs.

0 commentaires

L'horizon - Patrick Modiano - Gallimard

4ème de couverture,

« Il suivait la Dieffenbachstrasse. Une averse tombait, une averse d'été dont la violence s'atténuait à mesure qu'il marchait en s'abritant sous les arbres. Longtemps, il avait pensé que Margaret était morte. Il n'y a pas de raison, non, il n'y a pas de raison. Même l'année de nos naissances à tous les deux, quand cette ville, vue du ciel, n'était plus qu'un amas de décombres, des lilas fleurissaient parmi les ruines, au fond des jardins. »

 

L'auteur,

C'est en 1967 qu'il publie 'La Place de l'étoile', un premier roman sur l'Occupation couronné du prix Roger Nimier. Après 'La Ronde de nuit' de 1969, il reçoit en 1972 le Grand prix du roman de l'Académie française pour 'Les Boulevards de ceinture'. S'il sort aussi 'Villa triste' et 'Livret de famille' en 1975 et 1977, c'est en 1978 qu'il obtient le prix Goncourt pour 'Rue des boutiques obscures'. Publiant également 'Une jeunesse' et 'De si braves garçons' en 1981 et 1982, le romancier reçoit en 1984 le prix de la fondation Pierre de Monaco pour l'ensemble de son oeuvre. Auteur à la sensibilité écorchée, il publie en 2007 'Dans le café de la jeunesse perdue', roman portant sur le Paris des années 1960. Patrick Modiano est aujourd'hui reconnu comme l'un des écrivains les plus talentueux de sa génération.

 

Notre Avis,

Patrick Modiano nous entraîne, à travers son univers, dans une quête identitaire où le passé et le présent s'entrecroisent.

A travers ce livre, il nous permet également de redécouvrir Paris et Berlin.

Un Modiano dans toute sa spendleur !

 

 

Je réserve

 

0 commentaires

Sukkwan island - David Vann - Gallmeister

Présentation de l'éditeur
Une île sauvage du Sud de l'Alaska, accessible uniquement par bateau ou par hydravion, tout en forêts humides et montagnes escarpées.
C'est dans ce décor que Jim décide d'emmener son fils de treize ans pour y vivre dans une cabane isolée, une année durant. Après une succession d'échecs personnels, il voit là l'occasion de prendre un nouveau départ et de renouer avec ce garçon qu'il connaît si mal. La rigueur de cette vie et les défaillances du père ne tardent pas à transformer ce séjour en cauchemar, et la situation devient vite incontrôlable.
Jusqu'au drame violent et imprévisible qui scellera leur destin. Sukkwan Island est une histoire au suspense insoutenable. Avec ce roman qui nous entraîne au coeur des ténèbres de l'âme humaine, David Vann s'installe d'emblée parmi les jeunes auteurs américains de tout premier plan.

 

L'Auteur,

David Vann est né en 1966 sur l'île Adak, en Alaska.
Après avoir parcouru plus de 40 000 milles sur les océans, il travaille actuellement à la construction d'un catamaran avec lequel il s'apprête à effectuer un tour du monde à la voile en solitaire. Il vit aujourd'hui en Californie.

 

Notre Avis,

Les éditions Gallmeister nous habituent à des récits attachant tant par leurs lieux de récit (Itinéraire d'un pêcheur à la ligne de J. de Voelker ou Little Bird de C. Johnson)) que par leurs personnages ( Shibumi ou L'expert de Trevanian) mais avec David Vann, on est en présence d'un récit aussi passionant par la découverte de cette île que par cette relation d'un père à son fils !

Et quel scénario ! Un instant de lecture si fort et si imprévu que ce livre restera dans notre mémoire.

 

Je réserve

 

1 commentaires

Invisible - Paul Auster - Actes Sud

Le Point de vue des éditeurs,

New York, 1967 : un jeune aspirant poète rencontre un énigmatique mécène français et sa sulfureuse maîtresse. Un meurtre scelle bientôt, de New York à Paris, cette communauté de destins placés sous le double signe du désir charnel et de la quête éperdue de justice.
Superbe variation sur « l'ère du soupçon », Invisible explore, sur plus de trois décennies, les méandres psychiques de protagonistes immergés dans des relations complexes et tourmentées. Le vertigineux kaléidoscope du roman met en perspective changeante les séductions multiformes d'un récit dont le motif central ne cesse de se déplacer. On se délecte des tribulations du jeune Américain naïf et idéaliste confronté au secret et aux interdits, tout autant qu'on admire l'exercice de haute voltige qu'accomplit ce très singulier roman de formation. Au sommet de son art narratif, Paul Auster interroge les ressorts mêmes de la fiction, au fil d'une fascinante réflexion sur le thème de la disparition et de la fuite.

 

l'Auteur,

Paul Auster est diplômé de l'université de Columbia, il s'installe en France pour exercer, dans un premier temps, le métier de traducteur.

 Le dernier roman de Paul Auster paru en France, Seul dans le noir, est sorti en janvier 2009.

La parution de la Trilogie new-yorkaise (1987-1988) lance sa carrière. En 1990, son roman Moon Palace lui permet de se faire un nom aux Etats-Unis. Trois ans plus tard, Leviathan, lui vaut le Prix Medicis étranger.

La solitude et la quête identitaire sont les domaines de prédilection de Paul Auster. La ville de New York occupe également une place de choix dans son œuvre.  

 

Notre Avis,

Le dernier ouvrage de Paul Auster est surprenant à double titre, d'abord par cette histoire racontée à deux voix et ensuite par les thèmes abordés auxquels Paul Auster ne nous avait pas habitués , notamment des relations familiales ambigües.

Un livre à lire jusq'au bout ......

 

Je réserve

0 commentaires

La chambre des vies oubliées - Stella Duffy - Grasset

Robert Sutton tient un pressing à Loughborough Junction, quartier pauvre, populaire et multiethnique du sud de Londres. Après quarante années à laver et repasser toutes les chemises et les robes du voisinage, il a décidé de prendre sa retraite et de vendre sa boutique. C'est un jeune Anglais d'origine pakistanaise, Akeel, qui répond à sa petite annonce. Ce n'est pas que Robert soit raciste, mais disons que ce n'est pas vraiment le genre d'héritier qu'il avait en tête...
Cependant Akeel, jeune marié, est un garçon sérieux, poli, intelligent et ambitieux ; Robert met donc de côté ses préventions et l'engage comme apprenti à l'essai. Une année durant, les deux hommes que tout oppose vont se côtoyer, s'apprivoiser et, de méfiance en confidences, nouer une amitié singulière, toute en non-dits et timidité virile.
Pendant ce temps, autour d'eux, Londres palpite, vit et vibre : deux clochards beckettiens, une jeune fille au pair amoureuse de son employeur, une vieille dame sénile incapable de retrouver le chemin de chez elle, un poète jamaïcain ayant élu domicile dans un bus, un prof de danse noir et gay, un père de famille dealer et factotum de la mafia locale.
Derrière le comptoir du pressing, Robert et Akeel observent en devisant cette étourdissante ronde de jour. Et Robert se demande s'il livrera à son jeune successeur la clé de la " chambre des vies oubliées ", cette pièce à l'étage où il conserve ses secrets, parfois inavouables - et ceux des autres...

 

 

En dehors de la rencontre insolite entre ces deux personnages, Stella Duffy arrive à nous transporter à Londres et découvrir cette ville et ses habitants.

 

Je réserve

0 commentaires

Vérification de la porte opposée - Sylvain Tesson - Phébus

Vérification de la porte opposée regroupe les deux recueils de nouvelles de Sylvain Tesson parus chez Phébus en 2002 et 2004 sous les titres Nouvelles de l’Est et Les Jardins d’Allah.
Dans cette vingtaine de textes, qu’il décrive la Russie post-soviétique ou les ravages du fanatisme islamique, l’auteur nous parle toujours, avec indulgence et humour, de l’incompréhension entre l’Orient et l’Occident, et plus largement, entre les cultures...
Une nouvelle inédite, Les Naufragés de l’E19, y confronte l’Est et l’Ouest de la même façon presque attendrie, en un conte de Noël grinçant.

 

A nouveau Sylvain Tesson nous transporte dans des lieux inédits et en quelques pages arrive à nous faire partager la vie de ses personnages atypiques qui affrontent des situations parfois insolites.

0 commentaires