Bon rétablissement - Marie Sabine Roger - Rouergue

Présentation,

« Depuis que je suis là, le monde entier me souhaite bon rétablissement, par téléphone, mail, courrier, personnes interposées. Par pigeons voyageurs, ça ne saurait tarder. Bon rétablissement. Quelle formule à la con ! » « Veuf, sans enfants ni chien », Jean-Pierre est un vieil ours bourru et solitaire, à la retraite depuis sept ans. Suite à un accident bien étrange, le voilà immobilisé pendant des semaines à l'hôpital. Il ne pouvait pas imaginer pire. Et pourtant, depuis son lit, il va faire des rencontres

inattendues qui bousculeront son égoïsme... Avec sa verve habituelle et son humanisme, Marie-Sabine Roger nous offre une nouvelle fois une galerie de portraits hauts en couleur. C'est un tableau doux-amer qu'elle peint de l'hôpital, avec l'humour et le sens de la formule qui la caractérisent, et qui ont fait le succès de ses deux précédents romans, La tête en friche et Vivement l'avenir.

 

L'auteur,

Née à Bordeaux en 1957, Marie-Sabine Roger a été institutrice en maternelle pendant dix ans, avant de se consacrer entièrement à l’écriture. Son talent est aussi appréciable dans la littérature jeunesse (albums, romans) que dans la littérature adulte. Elle maîtrise aussi bien l’humour que la gravité et aime confronter les genres et les registres.

 

Notre avis,

Jean-Pierre Fabre, veuf sans enfants, presque 70 ans, est projeté dans la Seine et se retrouve cloué sur un lit d'hopital.....Et il rale, il bougonne, il envoie tout le monde baladé et surtout, il n'a aucun souvenir de son "accident".

Et comme il a du temps à perdre, il se décide à écrire ses mémoires. Sa porte toujours ouverte, sa chambre se transforme vite en un véritable hall de gare où les rencontres se succèdent et notre hospitalisé se découvre vite une âme d'homme finalement assez charmante ....

C'est un livre jubilatoire, il y a de l'humour, des grincements de dents, une peinture de notre société. C'est tendre, bien enlevé avec des personnages trucculents. Un livre qui redonne le sourire.

 

 

Écrire commentaire

Commentaires : 0