Dernière nuit à Twisted River - John Irving - Seuil

Présentation de l'éditeur,

Au nord du Nord, au pays des bûcherons et des flotteurs de bois -les draveurs -, il était une fois un petit cuisinier boiteux et son fils de douze ans, gamin impressionnable à l'imagination peuplée d'ours indiscrets. Ils avaient pour garde du corps Ketchum, l'ogre anarchiste, ivrogne, rusé, noiseur, faux illettré à l'intelligence incisive.

A l'image de la Twisted River torrentielle, ce récit d'une vengeance impitoyable bourlingue son lecteur d'ethnies en états sur trois générations, rencontre explosive entre l'Orient et l'Occident, comédie de mœurs culinaires, tragédie des portes mal fermées entre la splendeur d'une nature meurtrière et la quiétude imprudente du foyer.

Un chien héroïque, une Mustang bleue fantôme, une ange atterrie dans la fange : le chef Irving nous réserve toutes les surprises de son art consommé dans un roman qui se dévore et se déguste jusqu'à la dernière page. Bombe glacée pour tout le monde au dessert !

 

L'auteur,

John Irving est né en 1942 et a grandi à Exeter (New Hampshire).

La publication de son quatrième roman, Le Monde selon Garp, lui a assuré la renommée et la reconnaissance internationales. Depuis, l'auteur accumule les succès auprès du public et de la critique. Dernière nuit à Twisted River est son douzième roman. Marié et père de trois garçons, John Irving partage son temps entre le Vermont et le Canada.

 

Notre avis,

Un vrai bonheur !

Tout commence au pays des bûcherons et notre imagination se laisse immédiatement emporté vers ces lieux où devaient régner cette odeur boisée, cette rivière forcément dangereuse, ces baggares les soirs de beuverie , ces ours et surtout ces amitiés que rien ne pouvaient détruire.

C'est là que nous rencontrons ce petit cuisinier boiteux et son fils qui nous entraine alors dans leur vie ...... Amour, amitiés, vengeance, humour, John Irving raconte là trois générations d'une famille et en fait un très très beau livre.

 

Écrire commentaire

Commentaires : 0