Le silence ne sera qu'un murmure - Laurence Vilaine - Gaïa

Présentation,

Le vieux Mikluš se déciderait-il à parler ? Rongé par le remords d’avoir gardé le silence, il s’en remet à un journaliste venu à l’occasion des vingt ans de la chute du Mur de Berlin, et raconte les siens, cette communauté rom installée sur une rive slovaque du Danube.

Dilino est le souffre-douleur de la bande, parce qu’il est différent avec son air de gadjo. Il ignore qui est cette femme qui s’occupe parfois de lui. «?La Vieille?» s’appelait Chnepki et avait une voix d’ange. Elle fut brisée en plein vol un matin de 1942 et réduite au silence des années durant. Jusqu’au jour où apparut Lubko, le sculpteur de marionnettes qui jouait du violon comme un Tsigane.

À l’heure où de plus en plus de crânes rasés tapissent la ville de croix gammées, Mikluš éclaire ces existences opprimées, révèle les non-dits. Et balaie les étiquettes pour laisser surgir les visages.

 

L'auteur,

Vilaine Laurence est née en 1965. Après des études d'anglais et plusieurs séjours à l'étranger, elle se consacre à des travaux journalistiques. Rédactrice pour différents supports de communication, elle est aussi auteur de guides de voyage et de documentaires. Laurence Vilaine vit à Nantes. "Le silence ne sera qu'un souvenir" est son premier roman.

 

Notre avis,

Premier roman pour Laurence Vilaine  nous fait découvrir le monde des Roms, à travers la méloire d'un vieil hoùùe qui se décide, à l'aube de sa vie, à sortir de son silence.

Il raconte alors l'histoire de sa tribu, sans attache, sans terre, refoulée de partout, persécutée aux quatre coins de l'Europe, des voyageurs sans bagages qui ne trimballent que le malheur et le sang, le rejt d'une société bien établie. malgré cette douleur ressentie, la solidarité, la musique, la liberté continuent à faire survivre ce peuple.

Laurence Vilaine nous livre un texte émouvant, quelque fois un peu froid, mais une approche d'un peuple peu connu.

 

Écrire commentaire

Commentaires : 0